Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire : Visite d’Etat, une occasion pour certains de s’endetter au nom de la république

air côte d'ivoire

Les visites d’Etat du Président ivoirien à l’interieur du pays sont selon des informations en notre possession des occasions d’endettement pour certains fonctionnaires de la l’administration publique.
Cette source affirme que partout où Alassane Ouattara est passé ces agents de l’Etat refusent de payer les chambres qu’ils occupent une fois leur séjour terminé.
Les gérants des réceptifs hôteliers du chef lieu de la région du Bélier, Yamoussoukro ont pris leurs dispositions pour ne pas être victimes des pratiques de ces fonctionnaires.
Koaci.com a constaté hier à son arrivée dans la capitale politique ivoirienne que toute personne qui voulait se faire loger dans un hôtel était obligé de payer d’avance son séjour.
Ces mesures auraient été arrêtées par le préfet de région lors d’une rencontre avec les hôteliers, face aux factures faramineuses laissées par certains fonctionnaires de l’administration publique sur le compte de l’Etat dans certaines localités, une fois la visite achevée.
« Nous avons reçu des instructions du préfet. Tous les gérants d’hôtels qui ne les respecteront le payeraient à leur dépend, » a expliqué le gérant d’un des hôtels de la ville de Yamoussoukro.
« Ce sont des sommes énormes que certains fonctionnaires ont laissé dans régions déjà visitées par le président de la république que l’Etat devra payer, » a ajouté cet hôtelier sans toutefois dévoiler de chiffre.
Cette consigne du préfet de région est pour l’heure respectée alors que les prix des chambres d’hôtels ont flambé.
Les prix de certaines chambres dans des hôtels peu fréquentés sont passés du simple au triple.
Koaci.com a par ailleurs constaté que le prix du transport a exagérément augmenté en fonction de la tête du client.
Les journalistes seraient les plus grosses victimes des chauffeurs des transports commun qui veulent profiter de cette visite d’Etat pour améliorer leur chiffre d’affaires.
« Le transport est passé de 200 FCFA à 500 FCFA, » a affirmé un confrère de la presse locale l’une des victimes de cette augmentation subite dont nous tairons le nom.

 

Les commentaires sont fermés.