Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire: Une bande lourdement armée sévit au nord du pays

homme encagouléDes villages attaqués- Un contingent des Frci déployé- Une bande puissamment armée, composée d’une trentaine d’éléments, sévit, depuis quelques semaines, dans la région du Hambol. Leurs faits criminels se sont accrus ces derniers jours, au moment même où, l’annonce d’une visite d’Etat du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, dans la région des Savanes, est rendue officiellement publique. Les supplétifs « Peuls», des Frci, oubliés du Addr, dans le département de Katiola, qui continuent d’occuper le camp d’entrainement de Touré Hervé dit Vétcho à Dabakala, sont mis à l’index. «Ils font peser une chape de plomb sur le département» avoue un habitant de Dabakala qui nous a joint hier jeudi 30 mai 2013 en milieu de journée, pour dénoncer «les agissements criminels» de ces hommes armés. Ils sévissent dans le département et n’hésitent pas à lancer des assauts dans des villages du département.
Dans la nuit du mercredi au jeudi 30 mai 2013, ce groupe armé a fait une descente dans les villages de Kafoudougou et de Bonierédougou. Dans le premier village, ils ont délesté, une dame, opératrice économique dans le secteur anacarde, d’une forte somme d’argent.
Un cargo de Frci vient d’être déployé dans la région pour essayer de mettre hors d’état de nuire ces supplétifs qui tiennent toujours des poches résiduelles d’insécurité, avant l’arrivée du chef de l’Etat. C’est peu de le dire. Cette bande armée est aussi citée dans les nombreux braquages et coupures de route dans le département de Dabakala.
Si l’on en juge par la fréquence presque quotidienne des attaques à mains armées des véhicules de transport de passagers et de marchandises, Dabakala est devenue une zone à haut risque. Le département est devenu, le moins qu’on puisse dire, un sanctuaire de bandes armées dont le culot le dispute à l’affront aux autorités administratives et sécuritaires de ce département.
Celles-ci (ces autorités) comme par un aveu d’impuissance ou même de complicité tacite, ne font rien pour endiguer, ce qui se présente aujourd’hui comme un véritable fléau. Face à la montée de cette spirale d’insécurité dans laquelle sont pris, en étau, les populations, transporteurs, usagers de routes et opérateurs économiques ont paralysé, hier jeudi 30 mai 2013, la ville, toutes activités cessantes, pour protester, non seulement, contre ces attaques récurrentes, mais aussi pour dénoncer le silence et l’inaction des autorités en charge de la sécurité dans la région du Hambol.
Selon ces manifestants très remontés, le mode opératoire de ces fameux coupeurs de route, munis, d’armes de guerre, telles des Kalachnikovs et vu qu’ils opèrent sur le même tronçon Dabakala-Katiola (87 km) sans être inquiétés, incline à penser qu’il y a manifestement anguille sous roche. Ce d’autant que ces coupeurs de route apparaissent ou présentent le profil des gens suffisamment aguerris au maniement des armes de guerre. Le taux de ces attaques donne tout simplement du vertige. En l’espace d’une semaine, ils ont « frappé » cinq fois, au même endroit, presque aux mêmes heures, faisant des nombreux blessés dont trois femmes dans un état préoccupant.
Hier, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Jean-Louis Billon, par ailleurs président du Conseil régional du Hambol, s’est rendu sur les lieux, pour tenter d’éteindre le feu. Il a notamment, eu des échanges avec le commandant de brigade, le préfet de Dabakala et le président du syndicat des transporteurs. Peut-être qu’avec son passage et le soulèvement des populations, des actions énergiques vont être lancées, pour mettre fin à cette spirale suspecte d’attaques et de coupures de route dans le département de Dabakala.
(Soir Info 31/05/2013)

Les commentaires sont fermés.