Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire : Un journaliste assassiné, l’Union des journalistes pour l’accélération des enquêtes

mort routeLe Président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), Moussa Traoré a appelé lundi à l’accélération des enquêtes sur les attaques subies ces derniers jours par des journalistes ivoiriens, « afin que les coupables des crimes soient sévèrement punis ».


Au cours d’un point de presse animé à la Maison de la Presse d’Abidjan, M. Traoré a indiqué que « la presse nationale a été très éprouvée par des agressions multiformes qui ont abouti à la mort d’un des nôtres Désiré Oué et à l’enlèvement d’un autre, Dieusmonde Tadé ».

Après ces actes de « barbarie » que Moussa Traoré « condamne fermement », il a déploré les commentaires faisant état de ce que le journaliste assassiné l’a été parce qu’il aurait été milicien à la solde de l’ex-président ivoirien, au cours de la crise postélectorale de novembre 2010 à avril 2011 et qui a causé plus de 3000 morts.

« Arrêtons donc les spéculations. Témoignons notre solidarité à la famille éplorée et prions pour le repos de l’âme de notre confrère » a-t-il lancé à l’endroit de l’opinion publique.

M. Traoré a toutefois soutenu que « les commanditaires de tous ces crimes se trompent de cible parce que les journalistes ne sont pas leurs ennemis ».

Dans la nuit du 14 au 15 novembre dernier, le journaliste Désiré Oué, Rédacteur en chef du magazine chrétien, Tomorrow magazine a été tué par des individus armés non identifiés. Trois jours plus tard, le lundi 19 novembre, le confrère du journal, le Nouveau Réveil, Dieusmonde Tadé, a été kidnappé par des individus armés, également non identifiés. Ce dernier a été abandonné sur le bas de l’autoroute du nord à quelques 79 kilomètres d’Abidjan.

Les commentaires sont fermés.