Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire : Jean Louis Billon saisie la justice de l’UEMOA dans son différent contre Bolloré

bolloré billonLa fronde de Jean Louis Billon contre ce qu’il considère comme une “injustice économique” ne semblerait se terminer. En effet ce dernier a indiqué depuis Libreville où il assiste en compagnie d’Alassane Ouattara à la deuxième édition du New York Forum Africa, que la justice de la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a été saisie dans l’affaire qui l’oppose au groupe Bolloré.

“Il y a un recours aujourd’hui auprès de l’UEMOA, la justice a été saisie, il faut attendre sa réponse”, a révélé devant des journalistes, l’homme d’affaires devenu ministre.
Rappelons que le ministre remet en cause l’attribution décidée par Abidjan au groupe français Bolloré de la concession du deuxième terminal à conteneurs d’Abidjan. En effet, en mars dernier, le port autonome d’Abidjan avait annoncé qu’un consortium comprenant le groupement APM, terminal du groupe Maerks (Danemark) et les groupes français Bouygues travaux publics et Bolloré Africanisations avaient obtenu la concession de la réalisation et de l’exploitation d’un deuxième terminal à conteneurs au port d’Abidjan. C’est cette attribution qualifiée de “monopole” et pointée d’injustices, que n’a de cesse, depuis, de dénoncer le franco-ivoirien Jean Louis Billon

Pour sa défense, le groupe Bolloré avait affirmé que le ministre était actionnaire de la société MOVIS. Cette dernière qui était arrivée en dernière position de l’appel d’offres pour le second terminal à conteneurs d’Abidjan est effectivement dirigée par un des frères du ministre.

Notons pour finir que l’entêtement aussi frontal et public du ministre actuel du commerce contre une décision prise par les autorités pourrait apparaitre comme une charge contre l’actuel président Ouattara ou une façon de l’interpeller quant à une injustice dans un contexte de “République irréprochable” même si les amitiés de ce dernier avec Bouygues ou Bolloré ne sont plus un secret de polichinelle.

Si le numéro un ivoirien ne s’est pour l’heure exprimé sur ce dossier, Henri Konan Bédié, d’ordinaire peu bavard, a quant à lui indiqué jeudi que, selon ses informations, les ministres du PDCI n’ont remarqué aucune anomalie lors de l’attribution du marché.

Reste désormais, au-delà de l’arbitrage de l’UEMOA, à être situé sur cet affront pour savoir si cette actualité qui persiste est de façade ou si elle cacherait une lutte orchestrée contre le groupe Bolloré qui avait tout obtenu, rappelons-le, de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Les commentaires sont fermés.