Modern technology gives us many things.

Côte d’Ivoire-Charles Konan Banny attaque Ouattara et se propose candidat en 2015

charles konan banny 1Du réconciliateur en chef suite à la crise postélectorale au challenger principal sous la bannière du PDCI du chef de l’Etat qui a déjà déclaré sa candidature aux échéances électorales de 2015, c’est une simple pirouette pour Banny. En effet, après avoir mis bas le masque concernant son statut de chef de la fronde contre le président du parti démocratique de Côte d’Ivoire(PDCI), Henri Konan Bédié, le président de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation se veut désormais un franc-tireur dans le jardin des alliés du parti doyen, notamment le Rassemblement des Républicains (RDR). Invité de l’émission Kokoyalê sur Abidjan.net, l’ex-Premier ministre n’a pas hésité à ouvrir le feu sur le sphinx de Daoukro et son allié, le président de la République, Alassane Ouattara. Dans son manteau anti-RHDP, l’ex-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCAO) ne cache plus sa gêne de voir le vieux parti au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Pour lui, cette alliance mise en place dans des circonstances exceptionnelles doit être brisée pour permettre au PDCI de voler de ses propres ailes et de reprendre le combat de la reconquête du pouvoir d’Etat. «Je voudrais la Côte d’Ivoire plus démocratique, en commençant par le PDCI, le parti qui a vocation à donner l’exemple. Un droit d’aînesse engage à des devoirs. Nous avons un rôle à jouer : rêvons utile pour notre pays. Je voudrais le PDCI plus conquérant parce qu’il ne peut pas se cantonner au rôle de « parti godillot », à la remorque de ceux qui l’ont rejoint au moment où il donnait des signes d’essoufflement», a-t-il martelé. Avant de se faire, selon lui, l’écho de la situation ‘’ de pauvreté’’ qui prévaut en Côte d’Ivoire. «Aujourd’hui dans notre pays, les poches de pauvreté sont bien trop nombreuses.

Des chefs de famille doivent confronter la honte de ne pouvoir subvenir aux besoinx de leurs enfants», a-t-il constaté. Tout en se proposant comme l’homme providentiel à même de sauver le navire ivoire qui est en train de chavirer à ses yeux. «Je suis un fier Ivoirien. Je voudrais participer à rendre demain la Côte d’Ivoire plus juste, plus forte, plus prospère. J’ai du respect pour nos masques et je n’en porte aucun. La Côte-d’Ivoire n’est pas une case sans clef. La clef de sa destinée est de lui insuffler le principe d’espérance. C’est le seul moyen de l’aider à se retrouver, à renouer tel un Sankofa avec son Histoire. La Côte-d’Ivoire a besoin de refleurir. Je chéris fièrement les symboles de la nation. L’hymne, la devise, le drapeau, sont porteurs de notre identité d’Ivoiriens. Je les ai vus « naître ». Je suis également saisi par la fièvre des bâtisseurs. C’est pourquoi, je ne conçois pas qu’on puisse considérer, en dépit de mon expérience, qu’il me soit interdit d’avoir une ambition pour la Côte-d’Ivoire. J’ai la passion d’agir», a-t-il clairement indiqué.

 

Les commentaires sont fermés.