blé goudéxibaaru.com – Charles Blé Goudé fait à nouveau parler de lui. Un mandat d’arrêt de la Cour Pénale Internationale (CPI) a été émis à son encontre. C’est du moins ce qu’a affirmé le ministre ivoirien de la Justice, Gnénéma Mamadou Coulibaly, à la télévision ce vendredi.

Charles Blé Goudé est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour Pénale Internationale. Cependant cette dernière n’a pas demandé pour le moment son transfèrement à la Haye. Charles Blé Goudé a été arrêté en janvier dernier au Ghana et il est depuis tenu au secret. La possible comparution de l’ancien leader des Jeunes Patriotes intervient au moment où la Côte d’Ivoire refuse de transférer Simone Gbagbo à la Haye.

Lors d’une allocution télévisée vendredi, le ministre de la Justice, Gnénéma Mamadou Coulibaly, a affirmé que « Charles Blé Goudé fait effectivement l’objet d’un mandat d’arrêt ». Il a toutefois précisé que la Haye n’est pas rentrée en contact avec le pays, afin d’évoquer un éventuel transfèrement de l’ancien leader des Jeunes Patriotes. Il a par ailleurs assuré que la Côte d’Ivoire, par le biais du gouvernement, apportera une réponse qu’il faut à une telle demande, si elle était formulée.

Charles Blé Goudé, un cas sensible

Charles Blé Goudé, ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo et chef des jeunes patriotes, a été arrêté le 17 janvier au Ghana, après plus d’an an de fuite. Il a été extradé en Cote d’Ivoire dès le lendemain. La justice ivoirienne l’a inculpé le 21 janvier dernier, notamment de « crimes de guerre, mais aussi d’assassinats, vols en réunion, dégradation et destruction de biens d’autrui ». Depuis 2006, Blé Goudé est sous les sanctions de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour entraves au processus de réconciliation nationale. Une pétition a récemment été lancée pour exiger la libération de Blé Goudé pour des « raisons humanitaires ». En août dernier, un collectif d’avocats, lui ayant rendu visite, avait dénoncé des « traitements cruels, inhumains et dégradants » à son encontre et constaté des « séquelles de la torture ».

Alassane Ouattara et son régime sont régulièrement accusés de favoriser une « justice des vainqueurs », aucune figure de son camp n’ayant été inquiétée pour les graves crimes commis durant la dernière crise. « Il n’y aura d’impunité pour personne » , a lancé le ministre de la Justice, précisant qu’une instruction était en cours.

PARTAGER