Modern technology gives us many things.

Contribution : A Monsieur Abdoul MBAYE, Premier ministre du Sénégal

Dr El Hadji Mounirou NdiayeMonsieur le Premier ministre,

Permettez- moi d’abord de vous exprimer mon plaisir d’avoir participé à l’émission « Les Affaires de la Cité » sur la TFM diffusé ce vendredi 30 août 2013. J’ai bien voulu honorer à cette invitation surtout par respect et considération à votre égard. Je tiens ainsi à vous féliciter pour la clarté de vos idées et convictions, notamment par la manière dont vous les avez exprimées à cette occasion. Toutefois, il me semble important de prolonger un peu le débat pour, d’une part, vous signifier que je suis resté sur ma faim par rapport aux réponses que vous avez données à la quasi-totalité des interpellations du riche public composé d’éminentes personnalités. En ce qui me concerne, j’avais d’autres interpellations aussi importantes que celle que j’ai eue à formuler sur la maîtrise de l’offre et l’importance d’une implication approfondie des africains dans l’assurance de l’Import/Export. Mais je n’ai pas eu suffisamment la parole pour formuler mes autres inquiétudes.

Monsieur le Premier Ministre,

Je pense que vos réponses et idées sont fortement teintées de considérations en phase avec vos convictions d’anciens banquiers mais qui ne cardent pas avec les réalités de l’économie. Après avoir écouté attentivement l’émission lors de sa diffusion ce vendredi 30 août, j’ai pu mieux comprendre les inquiétudes de Monsieur Idrissa SECK, président du parti REWMI, sur les aléas auxquels le Président Macky SALL nous a exposés en confiant les commandes de notre économie à des banquiers. Vous avez entretenu plusieurs amalgames qui tiennent au fait que financiers et économistes ne parlent généralement pas le même langage. Pour vous permettre de comprendre mon propos, je vous laisse méditer les liaisons de l’évolution des taux d’intérêt par rapport à celle de l’épargne et de l’investissement. Le taux d’intérêt évolue positivement avec l’épargne mais négativement avec l’investissement. C’est là le premier problème de la coordination entre politique des taux d’intérêt et politique d’investissement. Vous savez également, par exemple, que l’épargne est nécessaire pour l’investissement et que cette même épargne peut saper la consommation à la grande défaveur de la croissance économique. C’est pourquoi, le débat n’est pas aussi facilement tranché que vous faites semblant de le faire, sur la liaison entre la baisse du déficit public et la relance de l’investissement public et privé. Vous avez parlé d’épargne publique qui pourrait relancer l’investissement public, mais vous oubliez que le déficit public est un mécanisme de relance plus rapide et plus efficace. Selon cette optique, on peut dire que l’épargne publique est une démarche attentiste et que le déficit est mécanisme plus direct. Et parler d’épargne publique, c’est insensé dans un pays comme le nôtre. C’est d’ailleurs le sens de la question de Monsieur Mansour CAMA, qui a évoqué l’importance du déficit public pour la commande publique et pour la relance de l’investissement au niveau des PME/PMI qui en dépendent.

Monsieur le Premier Ministre,

Votre théorie du déficit public est peut être bancairement valable, mais économiquement discutable. Vous n’avez pas à lier votre option de réduction du déficit public à une quelconque possibilité de relance de l’investissement publique par ce mécanisme. Avec la démarche de votre gouvernement, les dépenses courantes de l’Etat ne vont pas baisser puisque les démembrements de l’Etat et même le nombre de ministres n’ont finalement pas significativement baissé. Alors que vous avez engagé des recrutements dans la fonction publique, en plus des 10 000 agents qui vont travailler à l’Agence de la sécurité de proximité. Donc, tous les ingrédients sont là pour que l’Etat maintienne au moins le même rythme de dépenses courantes, ce qui fait quand le déficit public baisse, c’est l’investissement public qui va s’en ressentir. A mon humble avis, il y a un réel problème de paradigme de pensée budgétaire au sein de votre gouvernement. Une incohérence subsiste entre ce que vous voulez faire croire à l’opinion et ce que les économistes peuvent comprendre d’une démarche de réduction du déficit public dans un pays comme le Sénégal. Je crois comprendre qu’il s’agit d’abord de maîtriser le déficit public, relativement aux dépenses extrabudgétaires et aux proportions inquiétantes atteintes par la dette intérieure ces dernières années à compter de l’année 2008. C’est un objectif logique parce qu’il va permettre au Sénégal de se conformer au plafond de 3% fixé dans les critères de convergence de l’UEMOA. Ensuite, la dette publique se nourrit du déficit public et elle a augmenté à un rythme infernal entre 2006 et 2013 passant de 1022 milliards F CFA à 3500 milliards. Il fallait alors dévoiler une bonne stratégie de maîtrise du déficit public pour espérer maîtriser la dette à moyen terme. Cette maîtrise est d’ailleurs citée comme étant un préalable fondamental pour se libérer des injonctions et des inflexions infécondes que les bailleurs de fonds (Fmi surtout) nous imposent sur la formulation de nos lignes de politiques économiques depuis 1980. Enfin, il nous faut surtout éviter le surendettement chronique qui nous a déjà coûté très cher avec un découragement de l’investissement dû à la recrudescence de la pression fiscale.

Monsieur le Premier ministre,

J’avais également une autre interpellation importante qui devait porté sur l’aménagement du territoire. D’ailleurs, le cauchemar des inondations renseigne bien sur le caractère crucial de l’aménagement du territoire, en tant que préalable inaliénable à toute stratégie d’émergence économique. Mais, le constat est que votre gouvernement n’accorde pas suffisamment d’importance à cette question centrale. D’une part, le budget de l’Agence Nationale d’Aménagement du Territoire (ANAT) est resté le même depuis l’ancien régime. D’autre part, l’aménagement du territoire est une question transversale qui ne devait pas être rattachée dans un ministère. Et d’ailleurs, de mon modeste point de vue, l’aménagement du territoire et les collectivités locales n’ont pas à être gérés dans un même ministère : les collectivités locales et la décentralisation concernent des zones précises alors que l’aménagement du territoire concerne le pays en entier. Ma conviction est qu’il faut supprimer l’élément « ministère de l’aménagement du territoire » et rattacher l’ANAT à la présidence de la République ou à la primature pour lui permettre de jouer pleinement son rôle.

Veuillez agréer, Monsieur le Première Ministre, mes salutations distinguées ainsi que l’expression de mes meilleurs sentiments.

Dr El Hadji Mounirou NDIAYE, économiste.

Les commentaires sont fermés.