consulat du sénégal à Paris 1Même dans les préfectures françaises où les étrangers comptent pour du beurre, les Sénégalais étaient mieux traités que dans leurs propres représentations. Cette analogie très chargée est, aujourd’hui, mise à l’épreuve par les efforts du Consul Général du Sénégal à Paris qui  rationalise progressivement l’institution qu’il dirige. Perçu, par les usagers, comme un des repaires les plus déliquescents de la bureaucratie sénégalaise, le 22, rue de l’Amiral Hamelin a, souvent, vu sa légitimité et son utilité raillées. L’espace en soi n’est pas en cause, loin s’en faut. Bien situé dans les beaux quartiers de Paris, comme toutes les maisons officielles du Sénégal en France, le Consulat est un symbole permanent de l’affinité séculaire entre les deux pays.

C’est, véritablement, la qualité des ressources humaines et des services qui ont été à l’origine de la mauvaise réputation de l’adresse. Certains personnels aux profils improbables, aux parcours atypiques et à l’intégrité problématique ont pu contribuer à la disgrâce de l’institution. En effet, le régime précédent ignorait les critères les plus élémentaires pour confier certaines responsabilités républicaines. A défaut de mérite, admettons qu’il est plus aisé de savoir lire et écrire quand on travaille dans un bureau à Paris. Or, on a assisté à des déploiements d’aventuriers politiques qui n’excellent que dans les mensonges, les violences et les mauvais coups. Malheureusement ce ne sont pas les étiquettes honorifiques qui allaient les bonifier. Au contraire, comme ils étaient pressés de tourner la page de leur médiocrité notoire, ils s’enfermaient dans la chimère des titres et oubliaient leurs instructions et leurs missions de service public. Ils sortent souvent de ces expériences aléatoires avec des TOC irréversibles, sans avoir fait la carrière rêvée. Le cerveau est un muscle, n’est-ce pas ? D’ailleurs, en mai 2011, la convergence des cadres républicains (CCR de France) avait fait dix propositions dans ce sens, dont celle qui consistait à « bannir les nominations de complaisance ou basées sur des critères politiciens ».

Depuis sa prise de fonction le 2 janvier 2013, le nouveau consul, le camarade Amadou Diallo, a entrepris des  améliorations appréciables de ses services. Depuis quelques jours, nous le constatons sur le site www.consulsen-paris.fr et sur d’autres supports en ligne. Il est désormais possible de prendre des rendez-vous en ligne, de se renseigner sur les démarches 24h/24h via une permanence téléphonique et de bénéficier de conseils juridiques sur les droits des expatriés. En outre, le Consul reçoit les mardis et jeudis sans rendez-vous entre 10h et 13h et prévoit des déplacements en province en vue de mettre en place des points d’informations consulaires (PIC). Sur place, une signalétique d’informations pratiques est également mise en place. La production et la délivrance de passeports biométriques auxquelles s’ajoute le visa demandé aux étrangers depuis le 1er juillet 2013 constituent les principales raisons des flux qui nécessitent de meilleures dispositions. La satisfaction des demandes des citoyens doit être plus que jamais inscrite dans les priorités des autorités consulaires nouvellement installées. Cependant, on est loin de l’insalubrité d’antan, avec cette terrible façade arborant un drapeau du Sénégal en lambeaux. Même si les habitudes ont la peau dure, la volonté et la persévérance des  équipes actuelles peuvent redorer le blason de cette maison du Sénégal au cœur de Paris et réconcilier, plus largement, nos compatriotes avec leurs administrations extra-nationales. 

Ben Yahya Sy

PARTAGER