Modern technology gives us many things.

Congo: les policiers invités à cesser les rackets et…

presse police violenceLe Directeur général de la police, le Général Jean François Ndenguet, a donné à ses subordonnés un ultimatum de six mois pour qu’ils mettent fin aux rackets opérés par les forces de police et amènent ces dernières à s’occuper réellement de la sécurité des populations.


S’exprimant vendredi à Brazzaville à la clôture d’une conférence semestrielle des directeurs centraux, départementaux et commissaires centraux de police, le Général Ndenguet a appelé les forces de l’ordre à plus de discipline et à l’écoute des attentes des populations.

‘’Je n’accepterais plus que les populations se plaignent en raison des exactions inqualifiables d’une police dont la mission est plutôt de leur garantir liberté, tranquillité, paix, sécurité et protection multiforme », a-t-il martelé, déplorant l’existence dans les rangs de la police d’un problème de transmission des consignes et surtout de maitrise des personnels.

L’absence totale de courtoisie, de politesse, de savoir vivre des policiers est décriée partout, a-t-il souligné.

Selon le général Ndenguet, le scandale est noté à travers le racket autour des mosquées où des policiers en patrouille traquent des ressortissants ouest-africains, pourtant en règle, pour leur exiger de payer 5000 francs CFA chacun. A défaut, ils sont conduits dans les geôles des postes de police.

Dans la zone de Bongonouara (nord de Brazzaville), les passants sont agressés et dépossédés de leurs objets précieux par des policiers qui passent leur temps à contrôler les boutiques, à infliger aux commerçants de fortes amendes injustifiées, s’est indigné le général Ndenguet.

Lors des patrouilles pédestres ou motorisées, a-t-il ajouté, les citoyens avec ou sans pièce d’identité sont systématiquement interpellés, brutalisés et conduits au poste où des sommes allant de 3600 à 12.000 FCFA leur sont exigées. S’il s’agit d’étrangers, ils doivent s’acquitter de sommes faramineuses sans délivrances de la moindre quittance, a-t-il souligné.

Dans le même temps, a ajouté le Général Jean François Ndenguet, les prostituées de Moungali, dans le 4ème arrondissement, sont obligées lors des différentes patrouilles motorisées de procéder aux ‘’cotisations de la honte », dont le montant est fixé à 2000 FCFA par prostituée, en vue d’acheter le silence des policiers.

Ces pratiques sont inacceptables et donnent des policiers congolais ‘’l’image d’une corporation de corrompus, de racketeurs, prompts à la violence incontrôlée », a-t-il déploré.

Les commentaires sont fermés.