Modern technology gives us many things.

Congo : L’Armée lance l’assaut contre la maison de l’ex n°2 des services de renseignement

colonel marcel ntsourouLes forces armées congolais viennent de lancer l’assaut contre le domicile du colonel Marcel Tsourou ancien secrétaire général du conseil national de sécurité impliqué dans l’affaire du 4 mars 2012.

Des tirs d’armes automatiques sont entendus dans les alentours du quartier centre-ville où est situé le domicile du Colonel Marcel Tsourou.

Les populations apeurées quittent le centre-ville et regagnent leurs résidences à Poto-Poto,Moungali et Ouenzé ainsi que Bacongo.

La vie semble s’arrêter, tout le centre-ville est vide, les administrations ont fermé leurs portes.

La résidence du colonel Marcel Tsourou, ancien secrétaire général du Conseil national de la sécurité, condamné à cinq ans de prison avec sursis, est encerclée depuis le début de la matinée de ce lundi à Brazzaville par des unités des forces armées congolaises(FAC) a-t-on constaté.

Le colonel Marcel Tsourou, numéro 2 des services de renseignements du Congo-Brazzaville, avait été arrêté « pour complicité d’incendie involontaire et détention illégale d’armes de guerre », suite à l’explosion meurtrière d’un dépôt de munitions à Mpila le 4 mars 2012,
La catastrophe avait fait près 300 morts, 2 300 blessés et de nombreux sinistrés.

Il n’est sorti de prison que le 10 septembre dernier.
Un verdict qui n’avait pas satisfait l’Etat qui s’était pourvu en cassation bien que le colonel Marcel Tsourou a toujours clamé son innocence.

Des sources concordantes affirment que le colonel, aurait refusé de se rendre à une convocation de la justice, obligeant l’armée de camper autour de sa maison.

Selon les témoignages des voisins du colonel Marcel Tsourou, le quartier est encerclé, ses habitants évacués, les travailleurs des administrations situées dans le secteur rebroussent chemin, l’accès leur ayant été interdit.

« La situation est très tendue dans les alentours du quartier où loge le colonel Tsourou», explique un habitant du quartier.

APA

 

Les commentaires sont fermés.