Modern technology gives us many things.

Guinée/Conakry renoue avec les tas d’ordures à la veille de l’hivernage

conakry ordureLa capitale guinéenne, Conakry, autrefois appelée la perle de l’Afrique, est inondée de tas d’immondices alors qu’elle est arrosée par les premières pluies de la saison, un cocktail qui laisse planer une épidémie de choléra comme celle de l’année dernière qui avait fait plus de 100 morts .


Les montagnes d’ordures sont visibles dans maints quartiers populaires de la banlieue de Conakry, notamment Coza, non loin du camp militaire Alpha Yaya Diallo, la cité Minière, Dar-es-Salam, le marché central Madina, Hamdallaye, Coléah….etc.

Certains citoyens déversent les immondices le long des rails de chemin de fer alors que d’autres attendent la nuit ou profitent des pluies pour jeter les ordures dans les eaux.

Les lieux les plus touchés par l’insalubrité sont les marchés. A Madina, Koloma, Coza, Yimbaya, Taouyah, Kaporo, les commerçants n’en peuvent plus de cohabiter avec les ordures.
Même la presqu’île de Kaloum, qui abrite les ministères, la présidence et bon nombre d’entreprises privées, n’est pas épargné. Des tas d’ordures y sont visibles le long des avenues.

Au lendemain de sa nomination, le gouverneur de Conakry, Sékou Resco Camara, s’était fixé comme objectif l’assainissement de la capitale guinéenne et la lutte contre le banditisme.

Il a en effet multiplié les opérations “Conakry ville propre”, suivies d’autres actions de ce genre initiées par la Première dame de la république mais Conakry reste toujours sale.

Lors d’une de ses sorties médiatiques, le Chef de l’État, Alpha Condé, a fustigé l’état d’insalubrité dans lequel baigne une bonne partie de Conakry.

Le lendemain, le gouvernement avait annoncé la prise “des mesures urgentes” en vue de débarrasser la ville de ses ordures, mais depuis, aucune action concrète.

Selon les statistiques de 2012, Conakry produit 800 tonnes d’ordures par jour.

 

Les commentaires sont fermés.