Modern technology gives us many things.

Comment Sassou Nguesso compte modifier sa constitution en 2015…

sassou ritC’est un secret de polichinelle, bien que sa constitution qu’il s’est taillé sur mesure en janvier 2002 le lui interdit, Sassou Nguesso peaufine sa stratégie pour rempiler en 2016, pour un 3e mandat présidentiel, et cela passe par la modification de ce texte fondamental.

Aux experts occidentaux en droit constitutionnel que les avocats parisiens de Sassou Nguesso que sont, Francis Teitgen, Jean-Pierre Versini-Campinchi et Simon Bernard Dupré, sont chargés de recruter, pour imaginer l’ingénierie juridique pour modifier la constitution de 2002. Ceux-ci auront pour mission d’assurer le service après-vente de ce hold-up juridico-électoral à l’international.

A ces experts occidentaux,il faut ajouter des juristes congolais sans référence, cupides, vénaux, et sans foi ni loi, à la solde du pouvoir qui massacre les congolais, et fait main basse sur les richesses du pays.

Parmi eux, citons, Benjamin Boumakani le secrétaire général du gouvernement, Antoine Evoudou le directeur des affaires électorales, Auguste Iloki l’actuel président du cour constitutionnelle, et Laurent Tengo le conseiller juridique du vieux dictateur.

Le scénario qui a la faveur de Sassou Nguesso, est celui de la création d’un poste de vice-président, un ticket à l’américaine, permettant au vice-président de succéder directement au Président, et d’aller au terme de son mandat, si celui-ci n’est plus en mesure d’exercer le pouvoir, où dans le cas de sa disparition.

Pour faire simple, le mandat présidentiel dans cette constitution illégale étant de 7 ans, alors le couple siamois dont Sassou Nguesso sera le leader en 2016, rempilera jusqu’en 2023.

Pour le moment les pourparlers au sein du clan Nguesso n’ont pas encore abouti, mais on croit savoir de source sûre, que le choix final se fera entre Jean Dominique Okemba et Jean Jacques Bouya. Le choix de Christel dit Kiki, le fils du dictateur, ne serait plus d’actualité car mettrait à coup sûr le feu aux poudres, selon les services secrets de Sassou Nguesso.

Pour contenter son opposition qu’il entretien pour donner l’illusion d’un pays démocratique, Sassou Nguesso dans sa nouvelle constitution lui laissera le poste de 1er Ministre. Ainsi tout le monde aura eu sa part »du gâteau ».

Pendant ce temps, le Peuple congolais s’il ne se réveille pas, et ce n’est pas encore trop tard sera probablement plongé dans une misère dont plusieurs générations futures ne se relèveront jamais…

Le référendum pour la modification de la constitution de Sassou Nguesso aura lieu au début de l’année 2015, et sera probablement adopté à une très large majorité, le fichier électoral étant manipulé par l’administration du dictateur, et pour cela, nous pouvons faire confiance à Zéphirin Raymond Mboulou, le ministre de l’intérieur ! (Congo-Liberty 31/05/2013)

Les commentaires sont fermés.