Modern technology gives us many things.

Comment Poutine va faire des JO de Sotchi la vitrine de sa puissance

poutine vitrineIl les a voulus. Envers et contre tout. Poutine a voulu ses JO à Sotchi. Et s’il pouvait, il disputerait lui-même les compétitions. Ski, hockey sur glace, le président le plus sportif de la planète est au four et au moulin. Sur les planches et derrière les entrepreneurs pour vérifier que les chantiers sont finis. Une inspection de chantier avec Poutine : le cauchemar de l’entrepreneur.
Sotchi, un investissement équivalent à 4 Jeux olympiques réunis

Poutine a voulu, alors on a fait. Le budget est le plus important de l’histoire des JO d’hiver. Et il fallait ça pour transformer une station de ski qui était plus proche de Gérardmer que d’Avoriaz. Jusque-là, Sotchi somnolait au bord de la mer noire. Avant de découvrir les offres promo et les charters pour la Turquie ou la mer rouge, les Russes y venaient en famille se dorer sur les plages de galets, dormir dans des hôtels d’un autre âge et profiter de la chaleur. De loin, ils voyaient ces stations de toute moyenne montagne où la neige faisait des caprices. Pas de quoi donner le frisson, mais de goûter un peu la neige en hiver.

De là à organiser des JO, il y avait un gouffre. Le Kremlin l’a comblé à coup de roubles. 48 kilomètres de chemins de fer, 6 tunnels de 11 kilomètres, 33 ponts ou viaducs, deux gares, un métro aérien et une station flambant neuve. Le budget initial de 12 milliards de dollars a explosé et serait aujourd’hui proche des 35 milliards, soit les budgets des Jo de Vancouver, Turin, Salt Lake city et Nagano réunis !

        Quand Poutine désamorce des litiges politiques

Les investisseurs privés ont vu le jackpot. Les oligarques sont arrivés. Les expropriations n’ont pas toujours été très réglo mais le prix de l’immobilier a flambé. 200% en 6 mois sur certains biens ! Le prix d’un petit 2 pièces au centre de Sotchi est aujourd’hui à 200 000 euros. Tout ça pour une station qui s’étale entre 500 et 2300 mètres d’altitude avec un domaine skiable en moyenne à 1700 mètres…

La volonté de Poutine a tourné à la lubie. Pourquoi ? Parce que le président russe veut en faire un emblème politique de sa puissance retrouvée. Il a accepté d’écorner ses principes pour désamorcer les litiges politiques. Le milliardaire Khodorkovski a été libéré, les Pussy Riot et les militants de Greenpeace ont vu les charges contre eux abandonnées et le décret interdisant de manifester pendant les JO a finalement été aboli.

            L’hôtel Rodina, la fierté du président Poutine

Il y aura dans un mois à Sochi une ambiance de JO de la guerre froide, quand les hockeyeurs américains et soviétiques disputaient beaucoup plus qu’un match. L’hôtel le plus luxueux de la station, où les chambres se louent 900 euros la nuit, n’a pas cherché longtemps son nom. Au fronton, on peut lire “Rodina”, la “patrie”. Le président doit être content.



 

Les commentaires sont fermés.