Modern technology gives us many things.

Comme Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau, je suis en couple mixte et victime de racisme

mariage mixteUne française raconte son calvaire…

Mon histoire n’est pas un conte de fée, mais c’est une histoire d’amour comme on en vit tous.

J’ai rencontré Samir lorsque j’avais 16 ans et lui 17. Au collège, sortir avec un Arabe, c’était un peu un acte de rébellion. J’étais la “fille qui ose”. À cette époque, les remarques des autres ne me touchaient pas. Une fois entrée dans l’âge adulte, j’ai compris que les choses n’étaient pas si simples.

Ce qui est ironique dans mon histoire, c’est que mon mari est musulman et d’origine marocaine mais Français de pure souche. Moi, je suis catholique et Italienne. C’est moi l’étrangère qui ait dû demander mes papiers français, non lui. Et pourtant…

Pendant des années, j’ai caché mon compagnon à mon père

Les premiers clichés qu’il m’a fallu combattre sont ceux de mes parents. Ma mère ne m’a jamais rien dit ouvertement, mais je savais qu’elle ne comprenait pas. À son regard, à ses questions. Puis, elle a accepté mon bonheur.

Mon père, quant à lui, est issu d’une famille italienne très portée sur les traditions. À table, il lui arrivait de sortir quelques blagues racistes. Je lui ai caché pendant plusieurs années avant de finalement lui expliquer la situation. Il a compris bien mieux que  je ne me l’imaginais.

Mes amis proches, eux, ont tout de suite compris. Peut-être est-ce une question de génération.

“Pourquoi tu sors avec un Arabe ?”

D’autres personnes autour de moi ont parfois cette sensation que je ne suis “pas normale”, que mon amour est “bizarre”. Ils leur arrivent même de ne pas comprendre que je reste une femme libre, une épouse non convertie à l’Islam. Je suis catholique et croyante. Samir respecte ma religion, comme je respecte la sienne.

Les questions sont souvent les mêmes : “Pourquoi es-tu mariée à un Arabe ?”. Ça les intrigue. Moi, ça me dépasse. C’est comme si on me demandait “pourquoi je suis avec un blond ?”. Comment peut-on me dire ça ? On ne tombe pas amoureux d’une couleur ou d’une religion, mais d’un individu.

Et puis, à l’heure du mariage, certaines interrogations sont devenues plus pressantes : “Comment vas-tu faire pour la cérémonie ? Pour tes enfants ? Pour leur éducation ?”. J’avoue avoir eu quelques inquiétudes, mais j’ai très vite réalisé que comme dans chaque couple, il fallait faire des concessions. Pas à cause de nos religions, de nos familles ou de nos cultures, mais au nom de notre affection l’un pour l’autre.

J’ai pris l’habitude de donner mon nom

Notre histoire, nos origines, nos traditions sont un plus. Fêter deux mariages, célébrer plusieurs fêtes, aller au Maroc ou en Italie, qui à cette chance ?

Mais certains ne voient pas les choses de la même façon. Il nous est arrivé de ne pas être retenus pour un appartement parce que la tête de mon mari ne revenait pas aux propriétaires. Pour notre premier appartement, c’est finalement un Arabe musulman qui nous a acceptés. Pour les suivants, j’ai pris l’habitude d’être seul sur le bail, de peur d’être refoulée.

Un jour, je me souviens d’avoir tenté de réserver une chambre dans un hôtel de luxe au nom de mon mari. Le réceptionniste m’a annoncé que l’hôtel “était complet. Cinq minutes plus tard, j’ai retenté en donnant mon nom. Et comme par hasard, des chambres étaient libres.

Les idées reçues, les regards insistants, les mots malhabiles font partie de notre quotidien.

Mes enfants, je les protège au maximum

Aujourd’hui, je suis mariée, j’ai deux enfants et j’assume entièrement ma situation familiale. Je ne ressens aucune honte à afficher ouvertement nos différences. Elles sont notre force.

J’ai fait le choix de ne pas donner à mes enfants des prénoms arabes ou italiens, mais les plus neutres possibles. Mon mari est un homme tolérant qui n’est absolument par fermé aux compromis. Il souhaitait les circoncire, ce que nous avons fait pour des raisons médicales. Personnellement, je tenais à ce que mes enfants aient deux baptêmes. Ils auront ainsi la possibilité de choisir leur religion. On leur a ouvert les deux portes en leur expliquant qu’il y’avait différentes façons de croire en Dieu.

Mes fils sont encore jeunes. Je les préserve au maximum et je n’ai pas osé leur parler de racisme. Ils me poseraient trop de questions face auxquelles je ne saurais quoi répondre.

On m’a dit que j’étais mariée à une “bougnoule”

Dans la rue, les gens nous insultent peu, mais il y a ces regards ou ceux qui se taisent à notre passage. J’ai appris à vivre avec.

Mais sur mon blog, certains détracteurs ne se gênent pas pour dire tout haut ce qu’avant ils pensaient tout bas. J’ai eu droit à de nombreux commentaires incendiaires. On m’a dit que j’étais mariée à un “bougnoule”, que dans “5 ans, il allait me forcer à porter le voile” ou encore que mes fils étaient des “bâtards”. Des mots durs qu’on ne peut tout simplement pas occulter.

La parole est aujourd’hui décomplexée au possible. Et ce changement me fait peur. Il me rappelle un moment peu glorieux de notre Histoire.

Alors quand je lis les attaques proférées à l’encontre de Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau, je suis dépitée. Ces gens ne savent pas de quoi ils parlent et mettent tout dans le même sac. J’ai envie de leur dire que le racisme n’est pas une opinion, mais un délit passible d’une amende. J’en ai fait un combat personnel.

Les commentaires sont fermés.