Modern technology gives us many things.

Combat de lutte Eumeu Sène / Modou Lô : Dakar ville paralysée

         modou lo eumeu Ce vendredi 31janvier 2014, est un jour que les sénégalais en général et les sportifs en particulier, attendaient avec impatience. C’est cet après-midi,  que le combat de lutte entre Eumeu Sène et Modou Lô, reporté à deux reprises, aura finalement lieu. Ce combat qui fait l’actualité a une particularité. II est organisé un jour ouvrable : vendredi. Pourquoi ce choix du promoteur? Je pose la question dans la mesure où la capitale va être paralysée, ne serait-ce qu’un après midi. Les travailleurs vont dégarnir les bureaux après la prière du vendredi. Les uns pour rentrer un peu plus tôt, à cause des transports qui risquent d’être paralysés, les autres pour aller suivre le combat en direct sur toutes les grandes télés (TFM, SEN TV, 2 STV), sauf la RTS, dont le slogan est: “quand c’est important, c’est la RTS». Peut-être pour la chaîne publique, ce n’est pas important. Pourtant, il l’est pour le promoteur, les amateurs, les lutteurs et leurs proches et pour l’ensemble des sénégalais.

    Bref, revenons aux choses sérieuses, comme dirait l’autre. Cette désertion des services et commerces va porter un sacré coup à notre économie. Vous me direz que c’est une organisation privée et le promoteur qui a investi son propre argent, a le droit de choisir la date qui lui convient. Certes. Mais il faut aussi penser à l’intérêt public avant de penser à ses propres intérêts. Les retombées financières de ce combat, ne profitent qu’à quelques personnes (promoteur, lutteurs, marabouts et managers dans une moindre mesure). Et les millions de sénégalais? Ils n’auront que leur satisfaction de voir un combat au stade ou à la télé sans bourse délier, les chaînes n’étant pas cryptées. Jusqu’à quand d’ailleurs? Souhaitons que le combat réponde à nos attentes, contrairement à tous ceux qu’on a appelé combats du siècle et qui ont déçu les amateurs.

    Une heure de perdu, coûte beaucoup d’argent au pays et au contribuable. Baïdy Agne et consorts ne me démentiront pas.

    Aziz Ndiaye est à féliciter. Il a osé là où les autres hésitent ou n’ont pas de moyens. Luc Nicolaï est en prison, Petit Mbaye est en exil depuis plusieurs années, Gaston ex Don King, se retire progressivement au profit du football, Serigne Modou Niang ex promoteur de l’alternance, se terre dans la banlieue pour organiser des combats de quartier (Wade, son fils Karim qu’il appelait affectueusement mon frère  et leurs hommes ne sont plus au pouvoir), les autres sont des promoteurs de deuxième division, c’est à dire de petits promoteurs. Donc, le benjamin (Aziz Ndiaye), n’a pas de concurrents pour le choix des dates. Le terrain est libre. On est loin de l’époque où on se bousculait au CNG pour retenir des dates. Il est seul maître à bord. Il n’y a plus de combats entre promoteurs, faute de combattants. Samedi 1er février est le meilleur jour. C’est un jour de repos et de fin du mois à la fois. Les poches sont pleines et les amateurs iraient au stade en masse, car le jeu en vaut la chandelle. C’est peut-être pour des raisons mystiques qu’Aziz a choisi ce jour. O ne sait jamais, car le milieu de la lutte est un milieu très mystique. C’est son charme d’ailleurs.

    Le coup est parti, mais le CNG doit être plus vigilant la prochaine fois, s’il n’y a pas de problème de calendrier.

    Bonne chance à Aziz et aux deux protagonistes. Que le meilleur ou le plus chanceux (c’est parfois le cas), gagne.

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

 

Les commentaires sont fermés.