Modern technology gives us many things.

CM 2014/Cameroun-Tunisie : un choc sous haute surveillance

cameroun tunisieSoucieuses d’éviter tout débordement, les autorités de Yaoundé ont mobilisé un impressionnant dispositif de sécurité en vue du barrage retour entre le Cameroun et la Tunisie, dimanche au stade Ahmadou Ahidjo.  

Les autorités camerounaises n’ont pas oublié les actes de vandalismes enregistrés en 2005 et 2011 après l’élimination des Lions Indomptables des matches décisifs qualificatifs pour les phases finales du Mondial 2006 et de la CAN 2012, respectivement par l’Egypte et le Sénégal. Les biens avaient été vandalisés et brûlés. Un lourd bilan établi par des sources non officielles avait même laissé croire qu’il y avait eu des pertes en vies humaines. Aussi, a-t-il été décidé lors des réunions préparatoires de Cameroun-Tunisie prévu ce dimanche 17 novembre au stade Ahmadou Ahidjo et décisif pour le Mondial 2014, qu’il y aurait une forte mobilisation des forces de l’ordre avant, pendant et surtout après le match. Avec près de 2500  policiers, gendarmes et autres corps d’élite anti-émeute, soit environ un policier pour 20 spectateurs.

« Les responsables camerounais ont confirmé la présence de 28.000 supporters, c’est pour cette raison qu’ils ont mobilisé  2400 agents de police, 600 à l’intérieur du stade dont 200 estradiers… En conclusion, les Camerounais ont affecté en moyenne un policier pour 20 spectateurs, c’est une moyenne très élevée par rapport aux grand matchs de la FIFA qui prévoit un maximum d’un  policier pour 40 supporteurs », confie à Footafrica365.fr une source de la Fédération tunisienne de football qui a assisté samedi soir, à la dernière réunion de sécurité présidée par l’officier de la FIFA. « Nous avons pris des mesures exceptionnelles pour éviter dans la mesure du possible et anticiper sur les actes de vandalisme.  En dehors du stade, les domiciles de certains joueurs cadres seront également discrètement sous surveillance », confie un officier de la police camerounaise.

Un « code d’honneur » pour le public

Par ailleurs, un code d’honneur des spectateurs a été aussi édité à l’issue de la dernière réunion préparatoire tenue jeudi dans les locaux du ministère des Sports. Ce code, qui est distribué au public, demande par exemple aux spectateurs qui seront dimanche dans la cuvette de Mfandena, d’éviter des cris ou tout autre geste à caractère raciste. Espérons que le message sera reçu cinq sur cinq car, les fans des Lions Indomptables n’ont pas oublié qu’au match aller à Tunis, l’hymne national et presque toutes les actions offensives du Cameroun avaient été systématiquement sifflées par le public tunisien. « Cette attitude du public au stade de Radès visait à jouer sur le moral de l’adversaire. Il n’y avait rien de méchant. On a du respect pour le Cameroun », avait tenté d’expliquer Farouk Katou, journaliste tunisien, correspondant local de RFI. « Le Cameroun, qui a été toujours un pays hospitalier, a réservé un accueille chaleureux aux frères tunisiens. Nous invitons les supporters des deux équipes, à joueur leur rôle de 12e joueur dans les gradins dans le respect des valeurs du fair-play », souhaite Obama Bernard, le directeur du stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Après le match nul vierge qui a sanctionné la manche aller disputée le 13 octobre à Tunis, les Lions et les Aigles vont entamer à 15h (14hTU), la manche retour et autour de 18h, le voile sera levé sur qui du Cameroun et de la Tunisie sera au Brésil pour la phase finale de la Coupe du monde 2014.

Paul Nana, à Yaoundé (Rédaction Foot)

Les commentaires sont fermés.