Modern technology gives us many things.

Choqué, François Hollande « déplore » le comportement des électeurs français

Le Président français a réagi, hier soir, aux résultats du scrutin européen du 25 mai dernier qui a vu la victoire du Front national et la débâcle du Parti socialiste dans son pays.
Dans une brève allocution télévisée, François Hollande a tenté de justifier la cinglante défaite de son parti par le très faible taux de participation, mais aussi par la forte mobilisation des militants nationalistes. Il explique que « six français sur dix ne se sont pas déplacés. Un électeur sur quatre a voté pour l’extrême droite ». Mais ce que François Hollande a déploré dans ces résultats, c’est cette large victoire des nationalistes en France. Il dit reconnaître l’avancée sur le continent des partis européens, « mais c’est en France, pays fondateur de l’Union Européenne, patrie des droits de l’Homme, pays des libertés que l’extrême droite arrive aussi largement en tête ».
Il a aussi trouvé les raisons de cette forte percée des partis nationalistes et des eurosceptiques à l’occasion de ces élections, par une situation « illisible et incompréhensible de l’Europe ». Il pense que cela ne peut plus durer, car « l’Europe doit être simple, clair, pour être efficace là où elle est attendue, et se retirer là où elle n’est pas nécessaire ». Le Président français pense que la priorité de l’U.E ne doit pas être de surmonter à tout temps « la crise de la zone euro », mais plutôt « la croissance, l’emploi et l’investissement », pour ne pas décourager d’avantage les populations.
Mais il a indiqué que ces circonstances ne vont pas dévier « la ligne de conduite du gouvernement » de Manuel Valls. « Il faut de la constance, de la ténacité, du courage. Mais aussi de la rapidité dans la mise en œuvre. Parce que les français ne peuvent ne pas attendre », a ajouté le Chef de l’Etat.
Le Président français a en outre annoncé la présentation de son projet de réforme territorial « dès la semaine prochaine » avec comme enjeu principal la simplification et la modernisation. Il sera axé, selon lui, sur une « diminution de moitié du nombre de régions métropolitaines, sur la « construction des intercommunalités plus importantes et à la suppression du Conseil général dans un avenir plus ou moins proche ».
Tambadiang pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.