Modern technology gives us many things.

Chemin de fer: l’Inde au secours du Sénégal

train banlieueLe gouvernement, même s’il ne le dit pas encore officiellement, est pleinement engagé dans la restauration du chemin de fer. Lors de sa déclaration de politique générale (DPG) du 28 octobre dernier, le Premier ministre avait insisté dans ce sens. La Banque mondiale (très versée dans les questions liées aux infrastructures) et d’importants bailleurs de fonds ont été activés dans la perspective de la Réunion du Groupe consultatif de Paris prévue en début 2014. Les conseillers économiques seniors du régime sont convaincus, et ils le répètent partout, que sans la restauration du réseau ferroviaire, il est impensable de développer une politique d’aménagement du territoire ; de développement des infrastructures propres à « poser le Sénégal sur les rails de l’émergence ». Nos confrères du journal EnQuête ont appris que c’est un consortium sino-indien (animé par des grandes entreprises venues de Chine et d’Inde) qui est en pole position pour servir de partenaire à l’Etat du Sénégal dans ce qui devrait être l’un des grands projets du quinquennat de Macky Sall. Sous le régime libéral, le président Wade avait longtemps théorisé la nécessité d’un « chemin de fer à grand écartement » et prévoyait d’en faire construire un avec ses pairs africains de Dakar à Mombassa. Ce rêve n’a jamais pu se réaliser. …Les experts qui planchent sur le sujet ont une alternative dans le montage technique et financier du projet : soit, l’ensemble du réseau à rénover est confié à ce fameux consortium venu d’Asie ; ou alors, le territoire sénégalais serait divisé en sortes de concessions, comme on le ferait pour des gisements miniers ou pétroliers, et attribuées à plusieurs « majors » des chemins de fer.

Les commentaires sont fermés.