Modern technology gives us many things.

Cheikh Diallo pris dans le piège des avocats de Karim : Il flippe à la barre

Après le témoignage de Cheikh Diallo à la barre de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Me Demba Ciré Bathily, un des avocats de Karim Wade, a sérieusement remis en cause la sincérité des propos du témoin et des documents qu’il a fournis pour confirmer que Cd Média est la propriété de Wade-fils.

Epluchant les photocopies des mails versés dans le dossier par Cheikh Diallo, l’avocat a attiré l’attention sur la non-concordance entre le temps de l’envoi et celui de la réception des mails concernant ses échanges avec les principaux concernés dans la construction de CD Media. L’avocat a, en conséquence, demandé une expertise sur la boite e-mail de Cheikh Diallo.

Poussant le bouchon plus loin, Me Demba Ciré Bathily a même accusé Cheikh Diallo de parjure, lui qui a déclaré n’avoir jamais assisté à un conseil d’administration en compagnie de Patrick Williams avec qui il partage, sur le papier, l’actionnariat de Cd Media. L’avocat lui a fait comprendre qu’il a en sa possession un acte qui prouve tout le contraire de ce qu’il a dit.

Mais Cheikh Diallo a répondu qu’il n’a rencontré Patrick William que deux fois : leur première rencontre s’est déroulée 4 ans avant la constitution de Cd Média, la seconde à la Section de recherches de la gendarmerie.

1 commentaire
  1. Xeme dit

    Selon la CREI, Karim Wade a volé des milliards du Sénégal. Pour y réussir il a utilisé des prêtes noms que sont, entre autres, Cheikh Diallo, Pouye, Bourgi. Alors, on les met tous en prison pour association de malfaiteurs ayant volé des milliards du Sénégal.
    Maintenant, fermez les yeux. Abracadabra. Abracadabra.
    Cheikh Diallo devient témoin à charge, se retrouve libre et en exile. Les autres restent en prison même malade sans aucun droit de soin lorsque ces soins exigent de sortir du pays. Prête nom libre, prête nom en prison.
    Nous avons vécu une séance de macky-magie.
    Se retrouver libre avant procès, après avoir été accusé d’être un prête nom, est une faveur, puisque d’autres prêtes noms sont en prison. Prêtes noms chargeants et prêtes noms déchargeant, si la CREI accorde des faveurs aux premiers et les refuse aux seconds, peut-on nier que la CREI préfère la charge à la décharge ? Une justice doit-elle avoir des préférences, à priori, pour la culpabilité ou la non culpabilité ?
    Cheikh Diallo dit: “Je suis l’exemple type d’un prête nom. J’ai décidé de dire la vérité quand j’ai senti qu’ils m’ont lâché”. Suivons le dans sa logique qui plait à la CREI. Cheikh Diallo dit:” Je suis mauvais. J’ai fait partie d’une association de malfaiteurs. Nous avons volés des milliards du pays. J’étais prêt à mentir pour cacher la vérité, mais j’ai compris qu’ils ont l’intention de me lâcher, alors j’ai tout révélé.” Il y a une constance qui se dégage: Cheikh Diallo est une mauvaise personne. Tout le Sénégal y convient. Lui, il l’avoue. Les uns parce qu’il a menti sur Karim, les autres parce qu’il a été le complice des voleurs. Chacun pour une raison différente, mais tout le Sénégal convient que Cheikh Diallo est mauvais.
    Hier, il disait: “tout m’appartient”. Aujourd’hui, il dit: “Rien ne m’appartient”. Sa parole contre sa parole.
    Entre les deux, la CREI a eu deux ans et dix milliards pour trouver des pièces à conviction pour sa première ou sa seconde parole. Elle n’a toujours que ces deux paroles… et des documents pour prouver que “tout lui appartient”.

Les commentaires sont fermés.