Modern technology gives us many things.

Cheikh Diallo, le voleur qui avoue son crime et assume tout mais le juge le laisse libre

Selon la CREI, Karim Wade a volé des milliards du Sénégal. Pour y réussir, il a utilisé des prête-noms que sont, entre autres, Cheikh Diallo, Pape Mamadou Pouye, Alioune Diassé et Ibrahim Aboukhalil Bourgi dit Bibo. Alors, on les met tous en prison pour association de malfaiteurs ayant volé des milliards du Sénégal.
Et plus tard
Cheikh Diallo devient témoin à charge, se retrouve libre et en exil au Gabon. Les autres restent en prison même malade sans aucun droit de soin lorsque ces soins exigent de sortir du pays.
Ainsi, il y a des prête-noms libres et des prête-noms en prison.
Se retrouver libre avant procès, après avoir été accusé d’être un prête-nom, est une faveur, puisque d’autres prête-noms sont en prison. Donc les Prête-noms chargeants sont libres et les prête-noms déchargeant sont incarcérés. Si la CREI accorde des faveurs aux premiers et les refuse aux seconds, peut-on nier que la CREI préfère la charge à la décharge ? Une justice doit-elle avoir des préférences, à priori, pour la culpabilité ou la non culpabilité ?
Cheikh Diallo dit: « Je suis l’exemple type d’un prête-nom. J’ai décidé de dire la vérité quand j’ai senti qu’ils m’ont lâché ».
Suivons-le dans sa logique. Cheikh Diallo dit: « Je suis mauvais. J’ai fait partie d’une association de malfaiteurs. Nous avons volés des milliards du pays. J’étais prêt à mentir pour cacher la vérité, mais j’ai compris qu’ils avaient l’intention de me lâcher, alors j’ai tout révélé. »
Il y a une constance qui se dégage: Cheikh Diallo est une mauvaise personne. Tout le Sénégal y convient. Lui, il l’avoue. Pour les uns, parce qu’il a menti sur Karim et pour les autres, parce qu’il a été le complice des voleurs. Chacun pour une raison différente, mais tout le Sénégal convient que Cheikh Diallo est mauvais. Comme il le dit lui-même : « Je suis un prête-nom ».
Un fidèle lecteur de Xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.