Modern technology gives us many things.

Centrafrique : une église rouvre ses portes après avoir été prise pour cible par la Seleka

centrafrique égliseL’église évangélique des frères de Cité Jean-XXIII, au nord de la ville de Bangui, a rouvert ses portes ce dimanche 9 juin 2013, après avoir été la cible d’obus, tirés par les éléments de la Seleka en avril dernier. Le bilan faisait état de quatre morts et de trente-sept blessés. Depuis cette date, l’église était fermée. La réouverture s’est faite en présence de certaines victimes et de plusieurs responsables religieux du pays. Une cérémonie riche en émotion

La réouverture de l’église de Cité Jean-XXIII s’est faite sous le signe de l’espérance. Certaines victimes, amputées, et d’autres marchant avec des béquilles ont tenu à être présentes.

Le pasteur Franco Mbaye, chef de cette église, garde encore l’image de ce qui est arrivé ici. Il affirme que, « dans la journée du 14 avril, en plein culte, nous avons reçu trois obus. Deux sont tombés en plein milieu de nos fidèles et un autre est tombé dehors. Cela a causé 37 victimes. Nous avons trois décès sur place et une autre personne est morte le 2 mai ».

Epreuve

Kevin Toungouba, s’aidant de deux béquilles pour marcher, témoigne avoir survécu par un quasi miracle divin : « Je remercie le bon dieu pour le fait qu’il m’a gardé en vie après les événements qui se sont produits. Tout ce que je peux dire, c’est seulement remercier dieu, parce que c’est lui qui m’a créé et il a voulu que je reste en vie  ».

Dans sa prédication, tirée de l’Evangile de Jean, le pasteur Pascal Guerekoyame, responsable de la Fédération des églises évangéliques de Centrafrique, a déclaré que ces événements étaient une épreuve. Il livre aussi un message aux nouvelles autorités du pays : « Reconnaitre ce qui est arrivé, dénoncer ce qui est arrivé, prendre des précautions, des dispositions pour sécuriser les différents lieux de culte ».

Selon un bilan officiel, 27 personnes ont été tuées entre le 14 et le 16 avril par les éléments de la Seleka à Boy-Rabe, dans cette opération, dite de désarmement. Il y a eu également des scènes de pillages et de viols. Aucune enquête n’est ouverte pour l’instant sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.