Modern technology gives us many things.

Centrafrique : Le Quai d’orsay souligne l’impartialité de l’armée française

quai d'orsayPARIS, 25 décembre — La France a rappelé mardi les principes gouvernant l’intervention française en République centrafricaine, notamment l’impartialité, alors que des manifestations hostiles à la présence de l’armée tricolore ont récemment eu lieu à Bangui.

« Depuis leur déploiement le 5 décembre, les soldats de l’opération Sangaris agissent selon trois principes : l’impartialité, la fermeté et la maîtrise dans l’emploi de la force », a affirmé le porte-parole adjoint du Quai d’Orsay, Vincent Floreani.

« Ils le démontrent quotidiennement en contribuant au désarmement de l’ensemble des groupes armés, sans distinction, et en s’interposant pour éviter des violences et exactions », a poursuivi le diplomate français.

Ces derniers jours, des manifestants centrafricains pro-Séléka (coalition rebelle à majorité musulmane) reprochent aux forces françaises leur positionnement en faveur des milices d’autodéfense chrétiennes anti-Balaka, ce que dément fermement le gouvernement français.

Trois membres de l’ex-Séléka ont été tués dimanche par des soldats français à Bangui, entraînant la désapprobation de la présidence centrafricaine actuelle ainsi que des manifestations hostiles à l’intervention française parmi la population musulmane, selon les informations relayées par la presse française.

L’armée française a déployé 1.600 soldats en République centrafricaine, dans le cadre de l’opération Sangaris, lancée le 5 décembre dernier avec l’aval de l’ONU, afin d’appuyer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) sous conduite africaine, qui compte environ 3.600 hommes.

« La force (française) Sangaris intervient en appui de la MISCA et en application du mandat défini par le Conseil de sécurité des Nations unies », a souligné le porte-parole.

Les commentaires sont fermés.