Modern technology gives us many things.

France : la société Carmat implante pour la première fois un cœur artificiel

opération

Un coeur artificiel autonome conçu par la société française Carmat a été implanté mercredi sur un patient souffrant d’insuffisance cardiaque terminale par une équipe de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris.
La société française Carmat annonce que la première implantation de cœur au monde a été réalisée en France le 18 décembre par l’équipe de l’Hôpital européen Georges Pompidou. Le patient implanté souffrait d’insuffisance cardiaque terminale.
« C’est une première mondiale, et le premier essai clinique », se félicite le co-fondateur de Carmat, Philippe Pouletty sur BFM Business ce vendredi. Le patient « dont le pronostic vital était engagé à court terme », est le premier d’une série de quatre dans le même cas, explique-t-il.
« L’intervention chirurgicale s’est très bien passée, le suivi post-chirurgical est très satisfaisant, le malade communique avec son entourage », explique Philippe Pouletty. « Mais il faut être très prudent avant de tirer des conclusions », parce que l’opération a eu lieu « il n’y a que quelque jours », prévient-il.
A peine moins d’un kilo
La société française Carmat avait obtenu en mai l’autorisation de quatre centres chirurgicaux internationaux pour effectuer les premières implantations humaines d’un cœur artificiel. Les autorités sanitaires françaises avaient donné leur feu vert fin septembre à une telle opération, ouvrant de nouvelles perspectives à des malades condamnés par la rareté des greffons disponibles.

Une victoire pour la société qui tenait à ce que la première implantation ait lieu dans l’Hexagone. « C’est un projet français qui avait été conduit à l’origine au sein d’EADS avant de créer la société en 2008 […] il était naturel d’espérer faire la première chez l’homme en France », souligne le co-fondateur de Carmat, qui précise que des essais vont avoir lieu à l’étranger « dans les mois qui viennent », notamment en Pologne.

Il aura fallu 20 ans à la société française pour développer ce petit bijou d’à peine un kilo. Ce sont deux moteurs miniatures qui font tourner la prothèse, des capteurs et un système de valves permettent une imitation quasi parfaite du fonctionnement de cet organe vital pendant 5 ans, soit 230 millions de battements de cœur.

« Il mime un cœur humain normal », résumait en mai Philippe Pouletty, co-fondateur de Carmat, invité de Good Morning Busines. Il expliquait ainsi comment des logiciels et capteurs s’adaptaient à l’homme et son alimentation en électricité.
Carmat assure que son coeur artificiel pourrait sauver chaque année la vie de dizaines de milliers de patients sans risque de rejet et en leur assurant une qualité de vie sans précédent.
Carmat, qui s’est introduite sur le marché Alternext de la Bourse de Paris en 2010, a procédé à deux levées de fonds pour financer le développement de sa prothèse. Elle vaut aujourd’hui environ 440 millions d’euros en Bourse.

xibaaru avec BFMTV

Les commentaires sont fermés.