Modern technology gives us many things.

Capitaine Dièye: «Je ne suis ni Khalifa Sall, ni Karim Wade, si on me touche… »

Radié de l’armée, l’ancien capitaine de l’armée, Mamadou Dièye se sent maintenant libre de se prononcer, comme il l’entend, sur la situation du Sénégal. Capitaine Dièye qui a tenu à délivrer un message aussi bien à l’endroit des hommes politiques que des autorités militaires attire l’attention de ceux qui voudraient lui porter préjudice, de quelque manière que ce soit, sur les dangers que constitue leur entreprise. 

“Je quitte le virtuel maintenant, je suis dans le réel» ! Tels sont les propos du désormais ex-capitaine Mamadou Dièye qui effectuait sa première sortie après avoir été radié de l’armée nationale. Selon lui, cet acte marque un tournant dans sa carrière puisque désormais, il se sent libre d’embrasser la politique et dérouler son programme comme il l’entend.

Conscient de la marre aux crocodiles dans laquelle il s’est jeté, l’ancien soldat a tenu à mettre les points sur les i pour parer à toute éventualité : «Je ne suis ni Khalifa Sall, ni Karim Wade, je ne suis pas un policier, je suis un officier de l’armée. J’ai commandé des gens, j’ai formé des gens. Et ceux-là sont attachés à ma personne et ils croient en ce que je fais. Si quelqu’un, qui qu’il soit, veut violer mes droits, il y aura des problèmes dans ce pays».

Revenant sur l’importance qu’il accorde à sa mission, Mamadou Dièye fait savoir que celle-ci vaut tous les sacrifices. D’ailleurs, c’est pour ne pas s’encombrer qu’il a rompu les amarres avec sa famille, laquelle n’était pas prête à le suivre sur le chemin qu’il a emprunté.

«Ma décision a été prise en toute responsabilité et en toute liberté. Personne ne m’a dicté quoi que ce soit, personne ne m’a conseillé sur comment procéder. Ma propre famille, quand je me suis rendu compte qu’elle n’était pas prête à me suivre, j’ai coupé toute forme de communication entre elle et moi. Parce que je sais qu’elle ne fera que m’attarder dans ma mission», a-t-il martelé dans une vidéo postée sur le net.

 

Pressafrik

Les commentaires sont fermés.