Modern technology gives us many things.

Cancer du col de l’utérus : 4574 femmes dépistées à la maternité de Yeumbeul-Nord

femmes pmeL’Association « Prévenir », une structure active dans la lutte contre le cancer, a permis, en deux ans, à 4574 femmes de bénéficier des activités de dépistage et de traitement immédiat des lésions précancéreuses du col de l’utérus avec la mise en place d’un centre de dépistage à la maternité de Yeumbeul-Nord (banlieue Dakar).

Parmi elles, 152 avaient des lésions précancéreuses et 6 autres le cancer du col de l’utérus, a précisé la maîtresse sage-femme de la maternité, Diougouna Sakho, lors de la cérémonie de restitution des résultats des activités, mercredi, au siège de l’association à Dakar.

‘’Ces résultats ont été obtenus entre le 1er janvier 2012 et le 30 septembre 2013, mais on a eu à faire avant beaucoup de sensibilisation au niveau de la localité où la population est défavorisée avec un taux d’analphabétisme très élevé. Il fallait parler aux populations, les informer avant de démarrer le dépistage’’, a-t-elle expliqué.

‘’Ce qu’on a fait à Yeumbeul, ce n’est qu’un exemple parce que cette localité c’est 500 000 femmes mais il y a près de 3,5 millions de femmes au Sénégal qui ont besoin d’être dépistées pour prévenir le cancer du col de l’utérus’’, a dit Dr Abdoul Aziz Kassé, le président de l’association « Prévenir ».

Même s’il juge très concluante l’expérience du centre de dépistage de Yeumbeul, Dr Kassé est d’avis qu’Il n’est pas du rôle des associations encore moins des acteurs de la santé de trouver la solution. C’est à l’autorité administrative et politique qui devrait à un moment ou à un autre s’approprier la question du cancer du col de l’utérus et en faire un problème national, a-t-il estimé.

‘’Les solutions simplistes peuvent être confortables, mais elles ne sont pas toujours réalisables. Il faut un programme national de lutte contre le cancer en général et un programme de lutte contre le col en particulier’’, a-t-il estimé.

Il a souligné que ‘’ce programme doit prendre en compte tous les différents aspects : informer les populations, former les acteurs, créer et équiper les centres de traitement’’.

Il a appelé les entreprises et les mécènes à soutenir la lutte contre le cancer du col de l’utérus en finançant l’installation dans certaines structures de santé du matériel de dépistage du cancer. Le matériel de dépistage (cryothérapie) qui coûte 8 millions de francs Cfa peut être installé dans les structures de santé existantes.

Déjà un entrepreneur s’est engagé à prendre en charge l’installation d’un appareil de dépistage au dispensaire Saint Martin de Reubeuss, selon Dr Kassé.

‘’Il y a dans Dakar des milliers de femmes qui viennent des zones les plus éloignées pour travailler comme personnel domestique, comme employée dans divers secteurs et qui n’ont pas les moyens de se prendre en charge’’, a-t-il signalé.

‘’Nous ne voulons plus de campagnes, ni de fêtes foraines, cela ne sert plus à grand-chose. Cet argent, il faut qu’on l’immobilise dans des structures pérennes qui peuvent être durables, c’est cela la solution’’, a-t-il martelé.

Pour la chargée de programme de Onu-femmes, Marie Racky Chaupin, il s’agit aujourd’hui de ‘’bien documenter les résultats obtenus à travers ces activités de dépistage du centre de Yeumbeul pour identifier les forces et les faiblesses’’.

L’idée est d’en faire bénéficier toutes les localités au profit de toutes les femmes, a dit Mme Chaupin qui a réaffirmé l’engagement d’Onu-Femmes de soutenir la lutte contre le cancer du col de l’utérus.

 

Les commentaires sont fermés.