Modern technology gives us many things.

Cameroun/corruption: 20 ans de prison pour un ex-Premier ministre

cameroun ex pm inoniYAOUNDE, 3 octobre 2013 – L’ex-Premier ministre camerounais Ephraïm Inoni a été condamné à 20 ans de prison pour détournement de fonds publics par le Tribunal criminel spécial (TCS) anti-corruption de Yaoundé. Il était poursuivi pour le détournement de 1,4 milliard de FCFA (2,1 millions d’euros), « viré indûment » à une entreprise australienne « lors du paiement par l’Etat des arriérés de loyers dus par la Camair », compagnie aérienne camerounaise aujourd’hui disparue, selon l’acte d’accusation du procès qui s’est achevé mercredi. On lui reprochait également d’avoir détourné 287,4 millions de FCFA (440.000 euros) lors de la passation d’un marché d’audit des avions exploités par la Camair. M. Inoni a été chef du gouvernement de 2004 à 2009. C’est la première fois qu’un ancien Premier ministre est condamné pour détournement de fonds dans le cadre de l’opération « Epervier » de lutte contre la corruption. Trois autres personnes étaient poursuivies dans la même affaire, dont un ancien secrétaire général à la Présidence, Jean-Marie Atangana Mebera condamné à la même peine, et un homme d’affaires irlandais, Joseph Kevin Walls, jugé par contumace, qui a écopé d’une peine d’emprisonnement à vie. Sa société avait été la bénéficiaire de l’attribution de l’audit. Les avocats de MM. Inoni et Atangana Mebara ont déclaré à l’AFP que leurs clients allaient se pourvoir en cassation, se disant « surpris » par la décision des juges du TCS. Le président Paul Biya a créé en décembre 2012 le TCS, un tribunal spécial chargé de juger des personnes suspectées d’avoir détourné des sommes au moins égales à 50 millions de FCFA (76.000 euros). Lancée en 2006 sous la pression des bailleurs de fonds, l’opération « Epervier » a déjà abouti à l’arrestation de nombreuses personnalités, dont des ex-ministres et dirigeants d’entreprises publiques. Toutefois, des personnalités accusées ont souvent affirmé être victimes de règlements de comptes politiques. Le Cameroun occupe le 146e rang sur 178 pays classés dans l’Index 2010 de la perception de la corruption de Transparency International. –

Les commentaires sont fermés.