Modern technology gives us many things.

Burkina : le chef de l’opposition juge insuffisant son budget alloué par l’Etat

L’Assemblée nationale burkinabè a alloué au Chef de file de l’opposition du Burkina Faso (CFOP-BF) un budget annuel de 75 millions de francs CFA que les bénéficiaires jugent « insuffisant au regard des charges », a-t-on appris samedi auprès d’une source proche de la structure.


burkina opposant zephirin diabréSelon la source, c’est lors de la séance de travail des responsables de l’institution, tenue mardi à Ouagadougou, que le Chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso, Zéphirin Diabré, dans un souci de transparence, a informé les responsables des partis de l’opposition du déblocage par l’Assemblée nationale de la subvention annuelle forfaitaire de 75 millions accordée au CFOP-BF.

A cette occasion, M. Diabré aurait rappelé que le CFOP-BF est la seule institution qui n’a pas le privilège de défendre un budget auprès du ministère en charge des Finances.

Pour lui, cette situation oblige la structure à fonctionner « grâce uniquement à l’aimable générosité du Président de l’Assemblée nationale, qui lui alloue cette subvention puisée de la rubrique des transferts courants de son budget ».

A l’issue de la présentation des grandes rubriques des dépenses et de l’examen de la situation financière du Chef de file de l’opposition, il ressort que celui-ci ne dispose pas de ressources suffisantes pour permettre à l’opposition de jouer pleinement son rôle.

De l’avis des responsables de l’institution, les ressources allouées permettent à peine de couvrir les charges de fonctionnement du CFOP-BF, à savoir, les salaires du personnel, le loyer, les factures d’eau, d’électricité, de téléphone, le carburant, etc.

Dans le cadre de l’élaboration du projet de budget pour l’année 2013, les charges ont été comprimées à la limite du raisonnable dans l’espoir de dégager un minimum de ressources pour le financement des activités de l’opposition.

Malheureusement, l’enveloppe disponible pour mener des actions concrètes de l’opposition sur le terrain s’élève à seulement 5 millions de francs, ce qui ne suffit pas pour concevoir et mener un programme minimal d’activités pour le reste de l’année.

Les responsables des partis de l’opposition ont estimé que cette situation était intenable, et ont mandaté le CFOP-BF pour poser auprès des autorités compétentes, la question de l’autonomie financière de l’institution.
La clarification de son statut a été été également posée en vue de son financement, selon les procédures réservées à toutes les autres institutions de la République.

L’opposition a en outre convenu que pour la crédibilité du CFOP-BF, « il est important que les partis de l’opposition adoptent et mettent en application une stratégie de mobilisation de ressources permettant de soutenir un éventail plus important d’activités propres de l’opposition ».

Les commentaires sont fermés.