Modern technology gives us many things.

Burkina Faso : Le gouvernement fait modifier la loi portant statut de l’opposition

blaise compaoré 1L’Assemblée nationale du Burkina Faso a modifié mardi la loi portant statut de l’Opposition politique, malgré le rejet de ses députés qui y voient un moyen pour le pouvoir de la «déstabiliser».
La modification de l’article 4 de la constitution, adoptée par 95 voix pour et 25 contre, stipule désormais que «tout parti politique doit faire une déclaration écrite publique de son appartenance à l’opposition ou à la majorité avec copie au ministre en charge des libertés publiques pour enregistrement».
Avant sa modification, cet article indiquait que les formations de l’opposition se déterminaient par une déclaration officielle de leur appartenance à l’opposition transmise au chef de file de l’opposition.
«C’est visiblement une loi qui a été prise pour déstabiliser l’opposition», a déclaré Aminata Wandaogo/Djengané, députée de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), premier parti de l’opposition.
«Nous trouvons que la révision de cette loi n’a rien à voir avec nos attentes. Si il n’y a pas une autre idée derrière cette loi, on pouvait la laisser en l’état ou elle était», a-t-elle pesté, soulignant qu’une relecture globale ladite loi est en vue.
Pour le ministre de l’administration territoriale et de la sécurité, Jérôme Bougouma, cette modification va, au contraire, permettre aux partis politiques qui n’avaient pas rejoint le chef de file de le faire, et donc à l’opposition «d’élargir sa base».
Selon lui, «dans l’application de l’ancienne loi, il se trouvait des partis politiques bien que se réclamant de l’opposition qui estimaient que faire des déclarations d’affiliation au chef de file de l’opposition, c’est faire un acte d’allégeance et que la formule ne leur convenait pas», a-t-il expliqué.
En outre, la suppression d’un alinéa de l’article qui empêchait les membres de l’opposition d’occuper certains postes politiques ou même techniques va permettre de se conformer avec la constitution qui interdit que des personnes soient exclues en raison de leur appartenance politique, a-t-il ajouté.
Pour M. Bougouma, le texte doit être bien compris car il «n’empêche pas et ne peut en aucune manière empêcher l’opposition de manifester ou de s’organiser».
Le chef de file de l’opposition étant actuellement en Côte d’Ivoire pour l’implantation du siège de son parti, ses députés ont dit attendre de voir la suite à donner à cette loi.

KOACI

Les commentaires sont fermés.