Modern technology gives us many things.

Brouille au PDS…Le grand coup K.O de Wade

0

Me Wade et Me Madické Niang ont évité de justesse le clash du PDS à quelques mois de la présidetielle sur la question de la candidature de karim wade à cette échéance électorale…

Certains observateurs ont vu dans cette tempête un mauvais signe pour l’avenir du premier parti d’opposition du Sénégal, notamment pour la prochaine échéance électorale.

D’autres par contre soutiennent que cet épisode sonne une « victoire décisive » de Wade contre tout plan B à la candidature déclarée de son fils. Comme le décrit ici l’ancien député Moustapha Diakhaté, membre du parti présidentiel (APR).

« Pour contrecarrer une autre éventuelle candidature libérale, le SGN (secrétaire général national) du Pds fait une pierre, plusieurs coups KO en utilisant la stratégie du bord du gouffre. En attaquant, en cognant et en gagnant à la Moustapha Guèye (ancienne gloire de la lutte sénégalaise) le tigre de Fass, l’ancien Président fracasse la possibilité de toute candidature autre que celle de Monsieur Karim Wade », a-t-il analysé sur sa page Facebook.

Cette stratégie de déstabilisation des propres leaders de son parti décrite par certains comme suscitée par le poids de l’âge du nonagénaire, estimant lui-même qu’il « réagi(t) spontanément sans détours », M. Diakhaté pense le contraire et soutient que « le vieux lion a encore de grands crocs pour faire reculer un adversaire et atteindre le résultat le plus avantageux ».

« Cerise sur le gâteau, il est aussi aidé en cela pour le parrainage qui rend impossible toute candidature spontanée », a-t-il ajouté.

Mardi soir, le lancement du parrainage du candidat déclaré Karim Wade a été effectué au siège du PDS, en l’absence de Madické Niang et des autres présumés signataires de la fameuse lettre adressée à Me Abdoulaye Wade.

Exilé au Qatar depuis son élargissement de prison, le candidat du PDS peine à s’inscrire sur les listes électorales à cause de sa condamnation de 6 ans dans l’affaire de la traque des biens mal acquis. Cette peine est à chaque fois évoquée par certains pour arguer qu’il a perdu de facto ses droits civiques.

Toutefois lors de la cérémonie de lancement de son parrainage, des responsables du PDS ont annoncé son retour imminent au Sénégal même si, contre son éventuel retour, le camp du pouvoir l’enjoint à payer l’amende de 138 milliards de FCFA prononcée par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) pour éviter de subir la contrainte par corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.