Qatar

Libération révèle les dessous de la convention inadmissible qui devait permettre à Daport, contrôlée par Afriport société offshore montée au Luxembourg par Mamadou Pouye et Bibo Bourgi, de faire main basse sur les ressources de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Nous publions deux procès-verbaux d’audition de la Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CI-CREI) qui révèlent les dessous de ce crime économique avorté en plus de documents exclusifs obtenus au Luxembourg. Ces documents révèlent des maquillages financiers au cœur desquels on retrouve deux « experts comptables » établis au Luxembourg et qui administrent presque toutes les sociétés écrans mises en cause dans cette affaire.

Libération révélait comment des sociétés offshores, toutes montées au Luxembourg chez le même notaire et logées à la même adresse, devaient faire main basse sur les ressources de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass. Afriport, Decrow, Blackpearl, Daport…, une kyrielle de sociétés écrans dans lesquelles on retrouve Mamadou Pouye et Bibo Bourgi condamnés pour complicité d’enrichissement illicite dans l’affaire Karim Wade. Pour étayer nos enquêtes, nous avons obtenu divers documents qui attestent que le premier rôle de ce braquage organisé revenait
à Daport. Selon les documents obtenus par Libération, Modou Khaya, alors directeur général de AIBD, a signé avec Daport représenté par Andréa Pal une convention relative à la gestion, l’exploitation, l’entretien et la maintenance de AIBD alors que cette obscure entité n’avait même pas encore de bureau à Dakar. Les thermes de la convention, annulée par l’état du Sénégal sous Macky Sall, sont des plus scandaleux : « Daport bénéficiera de l’exclusivité, sans exception ni réserve, de l’exploitation commerciale aéroportuaire relative au trafic aérien régulier international et régional au départ et à destina
tion du Sénégal et ce, dans un rayon de 150 km autour de l’aéroport de DIASS » et se chargera de « l’exploitation, la gestion, le suivi l’entretien et la
maintenance courante de l’Aéroport ainsi que toute autre extension potentielle de celui-ci, le bénéfice de cette exploitation visant notamment la perception de
toute redevance, frais et taxe y afférent dans les conditions prévues à la présente Convention. »

Leberation

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here