Modern technology gives us many things.

Conflit Macky-opposition : les chefs d’Etat étrangers au cœur de la bataille

L’opposition sénégalaise est en guerre. Elle ne veut rien laisser au hasard dans sa bataille contre le régime. Elle a boycotté le passage, hier, à l’Assemblée nationale, du président de la République du Cap-Vert, Jorge Carlos De Almeida Fonseca. A en croire Me Madické Niang et Cie, les chefs d’Etat étranger ont l’habitude de tenir des discours laudateurs sur l’institution. Or, ils ne sont pas du tout d’accord avec la manière dont elle fonctionne.

Un argument qui n’est pas du tout convainquant. En effet, le Président cap-verdien n’est pas au Sénégal pour se mêler de ses affaires politiques. D’ailleurs, lui-même a refusé de s’exprimer sur le sujet lors de la conférence de presse qu’il animait conjointement avec le Président Macky Sall. Si le but recherché était de vilipender ce dernier, c’est bien réussi. Mais, concrètement qu’est-ce que cela change diplomatiquement ou économiquement dans les rapports entre le Sénégal et le Cap-Vert ? Mieux, qu’est-ce que l’opposition gagne en boudant l’Hémicycle ?

Dans un passé récent, précisément lors de la visite du Président français Emmanuel Macron au Sénégal, c’était la même stratégie : porter des brassards rouges pour montrer à l’hôte du Sénégal que l’opposition n’est pas contente de son Président. Pourtant, cela n’a pas empêché que le Sénégal et la France entretiennent toujours des relations privilégiées. Il seraient donc temps que les leaders de l’opposition arrêtent de mêler les chefs d’Etat étrangers à la politique intérieure de notre pays. Cela n’avance strictement à rien et n’est d’aucune utilité à leur cause.

Les commentaires sont fermés.