luis vaz martinDAKAR, 5 septembre 2013 (AFP) – Un défenseur des droits de l’homme en Guinée-Bissau a été interpellé pendant plusieurs heures par la police de ce pays suite à de « fausses allégations » des autorités sur une affaire liée à la drogue, a dénoncé mercredi une ONG basée à Dakar. « Luís Vaz Martins a été interpellé et interrogé le 30 août 2013 dans les locaux de la police judiciaire (à Bissau) pendant plus cinq heures de temps avant d’être relâché », affirme la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), une ONG de défense des droits humains, dans un communiqué transmis mercredi à l’AFP. L’interpellation de M. Martins, avocat et président de la Ligue guinéenne de défense des droits humaines (LGDH), « était liée à une affaire d’expulsion d’une Bissau-guinéenne qui a déjà purgé sa peine pour trafic de drogue au Cap-Vert », indique le communiqué, sans donner de détails. Selon la Raddho, cette « jeune femme déclarée décédée » par la police bissau-guinéenne avait été « retrouvée vivante » par la LGDH qui « a même procédé à l’enregistrement sonore de ses propos. Ce qui est en contradiction avec les allégations de la police bissau-guinéenne affirmant que la jeune femme serait tuée par les autorités cap-verdiennes ». Elle demande à la communauté internationale « d’exercer la pression sur les autorités bissau-guinéennes pour que cessent les harcèlements, les menaces de mort et autres formes d’intimidation contre les défenseurs des droits humains » en Guinée-Bissau, un des derniers pays au monde dans le classement du Programme des Nations-Unies pour le développement basé sur l’indice de développement humain. Ce pays connaît une instabilité chronique qui y a attiré au fil des années les cartels de la drogue sud-américains qui en ont fait une des plaques tournantes du trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest

PARTAGER