recensementEn formation depuis quelques jours au siège du conseil rural de Tenghori, les agents recenseurs dénoncent leurs conditions de prise en charge. L’état leur a promis un per diem de 1000f par jour pour la formation, ce qu’ils jugent très dérisoire par rapport à l’effort fourni et aux dépenses qu’ils font chaque jour pour aller à cette formation. Au-delà de cette prise en charge de 1000f, ils dénoncent le fait qu’il n’y ait pas de déjeuner et de remboursement de transport et pire encore, il n’y a même pas d’eau pour boire.
Les futurs agents recenseurs demandent à l’état d’augmenter la prise en charge de la formation mais aussi de revoir les conditions de rémunération du recensement proprement dit. On leur a promis pour les 21 jours de recensement la somme de 150 milles FCFA mais ce montant « sera imposé à hauteur de 5% ». Pour eux, si l’état veut des données fiables, il doit mettre les moyens pour améliorer les conditions detravail et la prise en charge des agents recenseurs. Si la prise en charge n’est pas revue à la hausse d’ici à Lundi, les futurs agents recenseurs menacent de tout arrêter comme leurs camarades des autres localités qui ont déjà adopté la stratégie de boycott de la formation. Pour leur, au niveau du site de Tenghori, ils sont dans les salles de formation « par respect pour les autorités locales et administratives » ont-ils dit mais si rien est fait, ils seront obligés de suivre leurs camarades et tourner le dos à cette formation en assumer toutes les conséquences.

 

  

PARTAGER