Modern technology gives us many things.

BIGNONA : Le marché étouffe, pas de place pour les femmes villageoises

Après les travaux hivernaux, le maraîchage occupe une place centrale
marhé bignonadans l’activité des populations en Casamance notamment dans le
département de Bignona. Malheureusement, après la récolte des produits
maraîchers, le marché de la gare routière de Bignona est le principal
point de ralliement de presque tous les producteurs. C’est là que
l’une des difficultés commence, le marché n’a plus de place libre,
tout est occupé. La partie réservée aux produits issus du maraîchage
ne peut plus prendre une étale. La demande est tellement supérieure à
l’offre que certains sont obligés d’étaler leurs marchandises à même
le sol jusqu’au dehors du marché. Certains posent leurs produits sur
le trottoir de la route nationale 4, et bonjour le danger. Autre
difficulté, elle concerne maintenant les femmes vendeuses qui viennent
des villages du département de Bignona, non seulement elles font une
course contre la montre pour écouler leurs produits avant qu’ils ne
pourrissent, mais elles sont aussi confrontées, arrivées à Bignona, à
un problème de place où étaler leurs marchandises. Quand elles en
demandent, on leur dit tout simplement que le marché est plein.
Certaines sont obligées de bazarder leurs produits ou d’aller les
étaler dans les quartiers de la commune de Bignona dans des conditions
que vous imaginez certainement. En plus, il se pose un problème de
lieu de stockage dans le marché. Ces femmes qui viennent des villages
se sentent frustrées et se sont confié à nous pour exprimer leur
désolation et leur sentiment d’être exclues. Avec un air très
poignant, une dame nous a expliqué son calvaire et pourtant certaines
ont quitté des zones où la sécurité n’est pas garantie à cause du
conflit casamançais.
Il est temps que les autorités municipales trouvent une réponse à ce
problème qui dépasse certes ses frontière mais qui est très sensible
dans un département comme Bignona à cause de ce que l’on sait déjà. Il
ne faut surtout pas augmenter la liste des frustrés. Une des solutions
est peut-être la mise en service rapide du nouveau marché construit
dans le quartier dénommé Kadiamoor (entente en diola) car le plus
vieux marché de Bignona est en train de se vider progressivement de
ses occupant à cause de la rareté des clients qui préfèrent faire
leurs achats au marché de la gare routière. L’état doit également
aider la commune de Bignona à régler cette question sociale mais très
sensible.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.