Modern technology gives us many things.

Bignona : Le GRPC aux côté des chefs de village pour la paix et le développement

Le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC) a rencontré le collectif des chefs de village du département de Bignona Samedi. Cette rencontre a permis de jeter les bases d’une collaboration orientée vers la pacification et l’émergence du département.

Constitués en collectif, les chefs de village du département de Bignona veulent jouer pleinement leur rôle en tant qu’auxiliaires de l’administration. Cependant, ils estiment que cela passe forcément par une revalorisation de leur fonction. D’abord qu’on leur alloue une indemnité, des badges, une carte professionnelle et l’implantation d’un drapeau dans la maison de chaque chef de village.

Pour cela, les chefs ont sollicité l’accompagne du groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC) qui adhère à leur démarche. Le professeur Ama Diémé qui a représenté le Ministre d’Etat Robert a indiqué la réflexion doit être menée à tous les niveaux, notamment institutionnel pour ce maillon de l’administration que constitue le chef de village puisse mener sa fonction sans entrave. Pour lui, la multitude et la complexité de la fonction de chef de village mérite qu’on y accorde une attention particulière et ce, pour tous ceux qui exerce cette fonction dans tout le pays. Et le grpc s’engage à accompagner les chefs dans le portage du plaidoyer au niveau le plus élevé.

Cette revalorisation du chef de village est d’autant plus nécessaire si on joue cette fonction en Casamance où une autre mission est attendue de cette personnalité selon Ama Diémé qui fait allusion à l’implication des chefs dans la recherche et la consolidation de la paix, une mission de plus que leurs prérogatives traditionnelles. Et cela est une particularité pour les chefs de la Casamance qu’il faut également prendre en compte, vu le contexte

Des perspectives articulées autour de 4 axes ont été retenues à l’issue de la rencontre entre le groupe de réflexion pour la paix en Casamance et le collectif des chefs de village de Bignona. Il s’agit d’engager des réflexions sur le cas de l’exploitation du zircon et du bois dans le département parce que les chefs estiment que se sont, au même titre que le poisson, des ressources qui doivent profiter aux populations. Malheureusement, ces ressources sont devenues la cause de tous les problèmes que rencontrent les populations. Ils envisagent aussi de s’impliquer dans la recherche du véhicule de l’entreprise Safiédine en charge de la réalisation de la boucle du Fogny enlevé par des individus il y a plus de 5 mois. Le dernier point concerne le conflit né dans les kalounayes et qui est relatif à la construction de l’université catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO). Ici une partie de la population s’est soulevée pour réclamer ses terres alors que la construction de l’université a atteint un niveau très avancé. Sur toutes ces questions, les chefs veulent s’impliquer pour apaiser et mettre le département de Bignona sur le chemin de l’émergence. Et le GRPC, devenu à la fois une structure de facilitation pour le retour de la paix et organe consultative d’appui conseil pour la stabilité et le développement a décidé de ne rien lâcher pour être en phase avec les attentes du chef de l’Etat envers Robert Sagna et son groupe

En plus de leur fonction, les chefs veulent également participer à l’émergence du pays et ils ont un projet  qu’ils veulent dérouler pour l’autosuffisance alimentaire. Mais désormais, ils comptent avoir le GRPC à leur côté, comme plusieurs autres structures, pour la réalisation de leur rêve.

L.BADIANE pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.