Modern technology gives us many things.

Biens mal acquis au Cameroun : l’informateur de l’Etat aurait menti sur les fonds volés

cameroun francis dooh collinsFrancis Dooh Collins (ci-contre) commis par l’ex-Ministre de la justice pour retrouver les fonds publics supposés détournés, aurait menti sur les comptes bancaires des pontes du régime en prison… L’arroseur arrosé. C’est ce qui pourrait arriver à Dooh Collins Francis Théodore Ebosse plus connu comme Francis Dooh Collins. L’expert-comptable commis en 2010 par Amadou Ali, ministre de la Justice, pour rechercher les fonds publics supposés dissimulés par certains pontes en délicatesse avec le régime de Yaoundé dans le cadre de l’opération Epervier est lui-même aujourd’hui sous la menace de poursuites judiciaires.

Selon des sources crédibles au Tribunal criminel spécial (Tcs), Francis Dooh Collins est aujourd’hui soupçonné de « déclarations mensongères, diffamation et dénonciation calomnieuse ».

Ces infractions auraient été commises, à en croire nos informateurs, contre certains apparatchiks déchus du régime actuellement écroués en prison. A qui il aurait attribué « à tort » des comptes bancaires bien garnis à l’étranger. Il s’agit, entre autres, d’Emmanuel Gérard Ondo Ndong (ancien directeur général du Feicom) et de Gilles Roger Belinga (ancien Dg de la Sic).

Cette affaire agite actuellement les milieux judiciaires à telle enseigne qu’une enquête préliminaire aurait été diligentée contre Francis Dooh Collins qui a été déjà auditionné par la police judiciaire. Selon nos informations, le concerné serait d’ailleurs sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire.

Détournements de fonds au nom de la lutte contre les détournements…

Les mêmes sources informent que le mis en cause persiste et signe, réfutant catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. Concernant d’éventuelles fausses informations émanant du ministère de la Justice sur cette affaire, Francis Dooh Collins évacue sa responsabilité personnelle et met tout sur le compte de la cellule des renseignements financiers chargée des investigations financières internationales logée au Ministère de la justice. Problème : primo, des sources autorisées mettent en doute l’existence de cette cellule ; secundo, ladite cellule semble avoir travaillé uniquement sur le matériau fourni par Francis Dooh Collins. Matériau que les différentes commissions rogatoires n’ont pas pu confirmer… In fine, Francis Dooh Collins, semble renvoyer la responsabilité sur son mentor, Amadou Ali, insistant, à en croire des indiscrétions glanées à la police judiciaire, avoir travaillé sous l’autorité de l’ex-Minjustice. Cela suffira-t-il à lui éviter le retour du bâton de la Justice ?

Voire. Car l’expérience récente de certains pontes du régime qui se croyaient intouchables incite à la réserve. Elle prouve que nul n’est à l’abri d’un « coup de tête » du locataire d’Etoudi dont le cynisme est connu. Amadou Ali, qui est l’un de ses plus vieux collaborateurs, ne peut pas l’ignorer… Déjà, les Américains semblent l’avoir dans leur mire, l’accusant de détournement de deniers publics sous le couvert de la lutte contre… le détournement des deniers publics. Dans Le Messager no 3811 du 5 avril dernier en effet, nous nous faisions l’écho d’un câble diplomatique américain révélé par Weakileaks traitant de ces soupçons. Les diplomates américains jugeaient déjà les agissements de l’homme de main d’Amadou Ali, Francis Dooh Collins, peu professionnels.

Petite révélation contenue dans ce rapport confidentiel américain : pour une seule mission à l’étranger, l’expert-comptable pouvait engloutir jusqu’à… un million de dollars Us (environ un demi milliard Fcfa) pour retrouver des avoirs dissimulés à l’étranger dont on apprend aujourd’hui que certains n’existent pas ! Alors ?

(Le Messager du 30/05/2013)


Les commentaires sont fermés.