beyoncéAvec 110 millions de disques vendus, une aura planétaire, une influence quasi politique, un mari superpuissant et un fan n°1 nommée Michelle Obama, Beyoncé est plus qu’une chanteuse afro-américaine à succès. Phénomène du R&B et star absolue, elle est la voix de l’Amérique.

Sa première ‘fan’ n’est autre que Michelle Obama et sa dernière tournée a rapporté 55 millions de dollars.

Son couronnement mondial, elle l’a connu deux fois, en 2009 et en 2013, lors des deux investitures du président des États-Unis, Barack Obama. La première fois, c’est le chant pa­trio­tique America, the Beautiful qu’elle a enton­né et, la seconde, c’est la Bannière étoilée, l’hymne national américain, devant le Mall de Washington DC couvert de monde ruisselant de larmes d’émotion et de reconnaissance à l’égard d’un président noir, dont la dou­ble élection allait bien au-delà du rêve américain de Martin Luther King exprimé dans son discours de 1963.

À chaque fois, c’est Michelle Obama, First Lady – elle dit qu’elle et son mari ne peuvent se déplacer sans écou­ter une chanson de Beyoncé –, qui l’a chargée d’être la voix de cette Amérique éternelle, ardente, mixte et bû­cheuse. Plus qu’un honneur, un symbole. Les USA raffolent de ces légendes totémiques chargées d’incarner son histoire. Beyoncé, à l’évidence, fait partie du panthéon. Le tandem qu’elle forme avec Michelle Obama est irrésistible : deux sublimes Afro-Américaines, devenues les femmes les plus puissantes du monde, soudées au service, chacune à leur manière, du rêve américain. Des miroirs, presque des sœurs jumelles

PARTAGER