Modern technology gives us many things.

Bernard Tapie : «Non, je n’ai pas volé l’argent»

bernard tapieEXCLUSIF – Le Figaro Magazine s’est procuré les bonnes feuilles du livre très attendu de Bernard Tapie. L’homme au cœur de l’affaire Adidas-Crédit Lyonnais donne sa vérité et règle ses comptes avec ses détracteurs. Extraits.

Rencontres avec Sarkozy

«Dans tout le litige Adidas Crédit Lyonnais, je rappelle que j’ai été trompé, abusé et déshonoré. A la fin, je n’ai récupéré qu’une partie de ce qui m’avait été dérobé. A ma place, n’importe qui serait présenté pour ce que je suis, une victime. Pas moi. Les médias ne me pardonnent pas d’avoir survécu à leurs attaques. C’est la nouvelle affaire Tapie. Le jour où j’irai déposer plainte pour un cambriolage, il se trouvera bien quelques organes de presse pour titrer: «Bernard Tapie de nouveau entendu par la police pour une affaire de vol»…Pour l’heure, la valse des annonces médiatiques continue. Un juge bordelais chargé d’instruire l’affaire dite Bettencourt a saisi les agendas de Nicolas Sarkozy. Très spontanément, il les transmet à ses collègues parisiens. Ils vont pouvoir vérifier que j’ai rencontré Nicolas Sarkozy. C’est vrai. Je l’ai vu de nombreuses fois, à peu près tous les deux mois, avant, pendant et après qu’il soit président de la République. Sans être intimes ou même proches, nous avons échangé. Sur l’Europe, sur les banlieues, sur la formation des jeunes, sur nos visions de l’entreprise, sur l’état de l’opinion, bref sur des sujets qui m’intéressent et où le président de la République voulait mon avis, même si ça n’était pas souvent le sien. Le seul fait que ces rendez-vous soient notés dans l’agenda présidentiel suffirait à une personne de bonne foi pour en déduire qu’ils n’étaient ni secrets ni incompatibles avec l’intérêt public. Au diable la bonne foi! Tapie a vu Sarkozy, c’est donc une nouvelle affaire.»

Conclusion

«Non, je n’ai pas volé l’argent qui m’a été finalement attribué. Non, je n’ai pas récupéré la totalité de ce qui m’avait été dérobé par le Crédit Lyonnais. Non, je n’ai pas coûté un sou au contribuable à qui j’ai au contraire rapporté beaucoup. Non, je n’ai pas bénéficié d’un traitement de faveur. Non, je n’ai pas échangé mon soutien politique contre une décision juridictionnelle.»

Les commentaires sont fermés.