Benno Bokk Yaakaar
Le président macky Sall et son fidèle premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne

LEGISLATIVES 2017 : UNE VICTOIRE DE BENNO BOKK YAAKAAR, PAS LA DERNIERE

(Par Mamadou Moustapha FALL, Coordonnateur de la CRIC)

Chapeau à notre démocratie ! Les élections se sont bien déroulées sur l’étendue du territoire sénégalais et à l’étranger avec une nette victoire de la coalition Benno Bokk Yaakaar qui obtient la majorité à l’Assemblée nationale avec 125 députés sur 165. Ma lecture des résultats obtenus par la coalition Benno Bokk Yaakaar s’articule autour de quatre points principaux : une campagne électorale bien menée par le Premier ministre, le grand bond en avant électoral réussi dans l’intérieur du pays, une communication bonne mais appelée à s’ouvrir et un défi immense en perspective de la présidentielle de 2019

  1. LE MARATHON SALUTAIRE DE MAHAMMED BOUN ABDALLAH DIONNE

Coup d’essai, coup de maître. La réussite exceptionnelle de la campagne du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne sur l’étendue du territoire montre à souhait que le Président Macky Sall a une parfaite maîtrise des ressources humaines dont il dispose. Et le chef du gouvernement est une valeur sûre qui vient convaincre de la plus belle des manières. En effet, les 6 000 kilomètres parcourus par la tête de liste de Benno Bokk Yaakaar en 21 jours avec une constante forme, constitue une preuve que la coalition Benno Bokk Yaakaar n’avait pas à rougir du choix du Président Sall. Chef du gouvernement, M. Dionne a été à la hauteur dans toutes les étapes de sa tournée victorieuse grâce à sa connaissance des préoccupations du peuple. Le bon timing, le choix bien étudié des thèmes abordés selon les contrées traversées et sa grande capacité à rassembler les responsables locaux ont rendu efficace la campagne électorale de l’homme de Gossas. De Mbacké à Bakel, de Dagana à Ziguinchor, PM Dionne, tel le roi Midas, a su transformer les doutes en certitudes. Son message a permis aux populations d’entrevoir l’espoir d’un Sénégal meilleur avec un Président qui, en l’espace de cinq ans, a allégé grandement leurs souffrances. Aussi est-il sûr et certain que de nombreuses voix ont été engrangées par la coalition la plus durable grâce à la précision chirurgicale des explications plus que convaincantes de « Fara Mboufta Damel », le Premier ministre M. Dionne, d’où de grands progrès réalisés les zones réputées imprenables pour la coalition au pouvoir avec le concours des responsables locaux.

  1. GRAND BOND EN AVANT DE BBY A L’INTERIEUR DU PAYS

Des opposants indéboulonnables, il y en avait dans des régions électoralement stratégiques comme Thiès, Dagana, Kébémer, Bambey, Ziguinchor, Bounkiling, Podor, etc. Après le passage de l’ouragan Benno Bokk Yaakaar, les verrous ont sauté presque partout. A Thiès, Idrissa Seck n’a été que l’ombre de lui-même. Son avance dans la ville de Thiès se réduit considérablement du fait de l’activisme de la tête de liste départementale Pape Siré Dia et des responsables de Thiès-Ville. Cette avance n’est qu’anecdotique car « Mara » a perdu les députés du département face aux assauts conjugués de Alioune Sarr de Notto Diobass, Mamadou Thiaw de Tassette, Augustin Tine de Fandène. A Dagana, Omar Sarr, invincible depuis 1996, n’a pas fait le poids face à Mamadou Makhtar Cissé et compagnie. A Kébémer, Khalifa Dia et ses colistiers ont défait un Modou Fada Diagne à l’étroit dans Darou Mousty. Mor Ngom, l’homme fort de Dangalma et ses camarades de Bambey ont ramené sur terre Aida Mbodj.

L’indéracinable Baobab de Ziguinchor Abdoulaye Baldé n’a pu résister aux responsables du département de Ziguinchor Doudou Ka, Benoît Sambou ou encore Aminata Angélique Manga. Bounkiling devait nécessairement être récupéré et c’est ce qu’a su réaliser Malang Sény Faty qui a réussi la prouesse de faire tomber son département dans l’escarcelle de Benno. Pour rester dans la Casamance naturelle, signalons également les performances électorales de Mamina Daffé à Bignona et d’Aimé Assine à Oussouye. Dans cette liste loin d’être exhaustive, il ne faut pas oublier Podor où Aissata Tall Sall a été battue à plate couture par une équipe soudée autour de Cheikh Omar Hanne. Dans les autres départements aussi l’efficacité des leaders de la coalition a permis de confirmer ; notamment de Saint-Louis à Vélingara, de Mbour à Matam, de Fatick à Salémata, c’est la razzia. Que dire du département de Dakar gagné par la coalition grâce à des hommes et femmes déterminés comme Amadou Bâ, Abdoulaye Diouf Sarr Alioune Badara Diouf ou encore Marie Thérèse Aida Seck, Nata Samb Mbacké, Juliette Paule Zingan, Ndèye Marième Badiane. Les 12 députés sur 15 obtenus dans la diaspora achèvent une domination écrasante de Benno Bokk Yaaakaar.  Et la communication dans tout ça ?

  1. UNE COMMUNICATION A OUVRIR

Des pas importants sont franchis dans le domaine de la communication de la coalition Benno Bokk Yaakaar. L’excellent travail de Papa Mahawa Diouf, coordonnateur de la communication, est à saluer dans la mesure où il a su être toujours à l’affut pour informer bien, apporter les réponses appropriées à toutes les questions et, surtout,  réagir pour recadrer et rétablir la vérité des faits en cas de mauvais procès contre la Coalition. Depuis longtemps on a ressassé que le point faible de la mouvance présidentielle c’était la communication.

Malgré les immenses progrès réalisés dans ce domaine, il existe un potentiel inépuisable qui, malheureusement, n’a pas encore été utilisée à fond. Pour preuve, aujourd’hui une grande partie de la communication se passe sur la toile notamment dans les réseaux sociaux, ; une toile dans laquelle des milliers d’activistes favorables au Président s’évertuent, à tout instant, à défendre son bilan, vulgariser son action et expliquer aux populations les progrès que notre pays fait en matière de développement humain. Hélas, cette masse, engagée et résolue à aider le Président n’a pas été associée (contrairement au référendum de 2016) comme il fallait dans un combat qui nécessitait l’usage de tous les moyens humains possibles. Parmi ces structures laissées en rade dans les législatives, figure en bonne place la Cellule républicaine d’Information et de Communication (CRIC) dont les actions positives sont connues et appréciées de tous.  Cette cellule, composée d’hommes et de femmes mus uniquement par le souci d’accompagner le Président, n’a vu aucun de ses membres associé à cette campagne aux enjeux très importants. Encore une fois faudrait-il rappeler que la plupart de ces hommes et femmes sont des responsables politiques reconnus, engagés et loyaux disposant de bases affectives qu’ils animent à côté du travail sur le Net. Dans la perspective de l’élection présidentielle qui aura lieu dans moins de vingt mois, il est nécessaire de rectifier le tir et d’accorder à la communication digitale toute sa place pour créer la viralité nécessaire ; tout ceci pour une vulgarisation plus élargie et plus constante des actions du Gouvernement. Aussi la bataille pour ces joutes a-t-elle déjà commencé.

  1. LA VICTOIRE AU PREMIER TOUR EN 2019, UN DEFI QU’IL FAUT RELEVER A TOUT PRIX

Victorieuse six fois en cinq ans, la coalition Benno Bokk Yaakaar est face à un défi et non des moindres : accrocher une septième couronne à son prestigieux palmarès après les succès de la Présidentielle de 2012, des Législatives de 2012, des Locales de 2014, du référendum de 2016, du HCCT de 2016 et des Législatives de 2017. Le Président Macky Sall et ses collaborateurs mesurent l’importance d’une réélection triomphale devant permettre la poursuite de l’excellent et inédit Programme Sénégal émergent (PSE). Il n’y a pas de secret, la réussite en 2019 passe inéluctablement par la consolidation des acquis importants en matière de développement économique et social dans « un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous », pour reprendre l’heureuse formule de notre Président SEM Macky Sall. A mon avis, il y a au moins certaines dispositions à prendre parmi, bien sûr, de nombreuses autres :

  • sauvegarder l’unité de la coalition Benno Bokk Yaakaar qui a fini de prouver sa durabilité grâce au sens du dépassement de ses leaders animés d’un esprit hautement patriotique ;
  • continuer la dynamique de réalisations d’infrastructures de qualité (autoroutes, ponts, routes, TER, centrales, universités, structures sanitaires, etc.) ;
  • maintenir le cap des mesures sociales hardies (bourses sociales, baisse des prix, gratuité de toutes sortes, etc.) ;
  • élargir le domaine d’intervention des grands programmes structurants (PUMA, PUDC, PRODAC, etc.)
  • continuer dans la lancée de la rationalisation des ressources publiques et de la bonne gouvernance ;
  • bannir l’arrogance sous toutes ses formes ;
  • privilégier l’inclusion et l’équité ;
  • se rapprocher des populations car il n’y a pas plus efficace que le contact direct avec les hommes et les femmes qui constituent le socle et l’essence de la nation ;
  • accélérer la cadence dans la promotion de l’emploi décent ;
  • promouvoir des hommes et des femmes capables d’insuffler une nouvelle vigueur à notre République par leurs compétences, leur ouverture et leur sens des responsabilités.

Je salue enfin le bon déroulement de ces élections qui confirment notre grande culture démocratique.

Vive Le Président Macky Sall !

Vive la Coalition Benno Bokk Yaakaar !

Vive le Sénégal !

Mamadou Moustapha FALL,

Militant APR à Pire

Coordonnateur de la Cellule républicaine d’information et de Communication (CRIC)

Coordonnateur de la Communication du Comité électoral départemental de Benno Bokk Yaakaar Tivaouane

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here