Modern technology gives us many things.

Bénin/Une affaire de plusieurs milliards embarrasse le président

boni yayi 4Le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi n’a pas le choix. Dans le dossier de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) qui défraie la chronique depuis quelques jours, il sera bien obligé de lâcher son ancien collaborateur et ami, Auguste Ali Yérima. Tellement la pression est forte.

La sortie médiatique effectuée le mercredi 29 mai dernier par les membres du conseil d’administration sortant de la Cnss, avec à leur tête M. Sébastien Ajavon, le patron des patrons, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase

 

Au cours de la conférence de presse, le Président Sébastien Ajavon et ses anciens collègues du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale ont porté à l’encontre du DG Auguste Ali Yérima plusieurs charges. D’abord, il y a cette affaire de Dépôts à terme (Dat) effectués par la caisse dans certaines banques de la place. A ce sujet, un des conférenciers a révélé qu’en janvier 2012 et sans l’avis du conseil d’administration, l’actuel Directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale aurait fait un placement de six milliards. Plutôt que d’être profitable, cette opération aurait causé à la Caisse une perte de plus de 500 millions en un trimestre.
L’autre grief sur lequel les conférenciers ont mis l’accent est lié aux émoluments du Directeur général de la Cnss. Selon eux, M. Auguste Ali Yérima se serait fixé un salaire qui ferait deux à trois celui des ministres. Cette révélation faite par le 3ème vice-président du Conseil national du patronat du Bénin sera appuyée par les déclarations de M. Dieudonné Lokossou qui a brandi une note de service signé par le Directeur général de la Cnss pour se fixer ses frais de mission à l’étranger comme à l’intérieur du Bénin. Toutes ces dérives, révèle le Président Sébastien Ajavon, aurait coûté plus de deux milliards de F Cfa à la Cnss. Quoi de plus normal pour susciter la vague d’indignations à laquelle on assiste en ce moment. (La Presse du Jour 04/06/2013)

Les commentaires sont fermés.