Modern technology gives us many things.

Bénin : Yayi Boni en chute libre, ses fidèles lui tournent le dos

boni yayi 5Le Chef de l’Etat n’est plus écouté. Sa personnalité est de moins en moins influente auprès des membres de sa famille politique. Une dure réalité qui pousse certains observateurs à soutenir que la fin du règne de Yayi Boni s’annonce difficile. Yayi Boni perd la confiance de ses partisans. Certains observateurs confient même que plusieurs de ses collaborateurs lui ont tourné le dos. Et cette lecture semble illustrer la situation critique qui prévaut au Parlement et dans certaines circonscriptions électorales. Les difficultés qu’ont certains membres de la majorité présidentielle de la 5ème circonscription électorale à s’unir dans un même creuset, montrent les divisions internes qui nourrissent actuellement cette famille politique. L’ancien ministre Etienne Kossi, l’ancien Préfet Barnabé Dassigli, le député Valentin Houdé et l’opérateur économique Amadé Moussa n’ont pu unir leur voix afin de renforcer la présence des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dans la 5ème circonscription électorale comprenant Abomey-Calavi, So-Ava et Zè. Invités même au Palais de la présidence par le Chef de l’Etat pour une rencontre cruciale sur cette situation, certains membres influents n’ont pas cru devoir déférer à l’appel du Chef. La situation n’est pas meilleure dans la 5ème circonscription électorale. Là-bas, c’est la guéguerre entre les ténors de la famille présidentielle. Deux camps peinent à s’entendre. L’un est dirigé par le député Claudine Prudencio et l’autre est conduit par le Chef Service Matériel et Logistique de la Présidence de la République, Paulin Dossa et le Ministre de la Justice, Valentin Djènontin-Agossou. Et cette situation pourrit de jour en jour. Pour preuve, une bande de jeunes réunie au sein de la jeunesse Fcbe de Godomey ayant l’appui du sieur Paulin Dossa, n’a pu être autorisée à installer ses cellules de base dans ladite localité. Dans cette 6ème circonscription électorale, Yayi Boni n’a pas, non plus, trouvé les solutions adéquates à la crise malgré les réunions répétées au Palais de la Marina. La création du nouveau groupe parlementaire dénommé « Cohésion nationale et paix » illustre par ailleurs l’exaspération de certains collaborateurs du Chef de l’Etat. La présence des députés Candide Azannaï, Antoine Dayori et Bani Samari dans ce groupe prouve à tout le moins que la situation est bien préoccupante et que le Président de la République a beaucoup de soucis à se faire. La situation se complique davantage pour le Chef de l’Etat d’autant plus que c’est son projet de révision de la Constitution qui risque bien de ne pas aboutir. Certains observateurs soutiennent même que ledit projet constitue l’une des causes de ces bouleversements en cours. De toutes les façons, les divisions de la famille présidentielle sont préjudiciables aux ambitions cachées de Yayi Boni. Et ces divisions pourraient s’empirer au fur et à mesure qu’on tend vers la fin de son deuxième mandat constitutionnel. Le Chef de l’Etat n’échappera donc pas aux réalités bien éprouvantes qu’ont affrontées les régimes précédents : la fragilisation puis la dislocation des majorités au pouvoir.

Les commentaires sont fermés.