bénin député évanouiLe ridicule ne tue pas au Benin. Le député Lucien Houngnibo s’est évanoui la nuit de vendredi à samedi au Palais de Marina de Cotonou devant le Chef de l’Etat, Boni Yayi. Ceci parce que ce dernier ne l’a pas choisi pour briguer le poste du deuxième questeur de l’assemblée nationale.

‘’Sans poste je vais mourir’’ a dit l’honorable Lucien Houngnibo au cours d’une rencontre avec le chef de l’Etat ce weekend au Palais de Marina de Cotonou (présidence de la République). Comme si le sort en avait après lui, ce député a réellement piqué une crise quelques instants plus tard et a été évacué à l’hôpital des armées de Cotonou.

En effet, suite au récent remaniement, le poste de Deuxième questeur (ministre des finances ou trésorier de l’assemblée nationale) est resté vacant. Pour coordonner la désignation de celui qui va sortir de sa majorité pour assumer ce poste, le Chef de l’Etat, Boni Yayi a initié une rencontre avec les députés Lucien Houngnibo et Valentin Aditi Houdé dans la nuit de vendredi à samedi. Ces deux ayant été désignés par les différents courants de la mouvance parlementaire. Mais on devait en retenir un seul. Et c’est sur Valentin Aditi Houdé que s’est porté le choix de Boni Yayi .

Mais Lucien Houngnibo en quête de ce poste pour sa survie n’a pas accepté le fait. Il a estimé que depuis qu’il a commencé par soutenir Boni Yayi, il a rien eu. ‘’L’ancien ministre Didier Aplogan m’a donné seulement un bon de Tickets Valeurs de 200.000’’a-t-il révélé. Une chose qui montre que certains parmi les députés et autres cadres de majorité ne sont pas à l’assemblée ou près du chef de l’Etat pour le peuple mais pour eux même. Son collègue André Okounlolà, vu la détresse de ce dernier lui a même demandé de lui laisser son ‘’poste de secrétaire parlementaire’’. Mais Lucien Houngnibo rétorque nette : ‘’ il y a rien à manger là’’. La suite on l’a connait. C’est à croire que la politique n’est que celle du ventre et de l’image pour certains. Une histoire qu’on se passerait d’apprendre dans cette période de morosité et qui choque plus d’un au pays du vaudou.

PARTAGER