Modern technology gives us many things.

Bassirou Dieng : « Sénégal, le pays des mille et un paradoxes… »

Décidément, le Sénégal est devenu, durant ces dernières années, un pays de paradoxes. Un pays immensément riche au peuple mais de plus en plus pauvre à cause d’une gestion “gabegique”. Un pays cité jadis en exemple pour sa démocratie, son combat pour les Libertés individuelles et collectives qu’il a eu à mener en un pays moqué par des pays africains non encore « entrés dans l’Histoire » pour reprendre un ex homme d’État français. Et les paradoxes ne s’arrêtent pas là. Un pays où si tu marches, on t’arrête et si tu t’arrêtes, tu marques une pause, une halte, on te fait marcher à la baguette.
Tenez-vous bien ! 1er paradoxe : Un pays où l’on chante une croissance économique avoisinant les 7% alors qu’au même moment de régions sont menacés de famines, alors qu’au même moment de fidèles musulmans n’ont pas pu sacrifier de mouton en cette édition 2018 de la célébration de l’Eid El Kebir, alors qu’au même moment l’eau ne coule plus à flot dans nos robinets, alors qu’au même moment les étudiants ne perçoivent plus leurs bourses, alors qu’au même moment on compte de jour en jour le nombre de chômeurs, de pauvres entre autres dans ce pays là…
2eme Paradoxe : Au moment où le Président de la République est fin prêt pour aller aux élections présidentielles, son opposition dénonce des tentatives de vols ou de magouilles et récuse son ministre de l’intérieur en charge de l’organisation des élections. Mais aussi au moment où le Chef de l’État chante nos “avancées” démocratiques, beaucoup d’opposants ont été privés de leurs Libertés…
3eme Paradoxe : Au moment où certains de nos religieux demandent la fermeture des bars, maisons closes entre autres pour le retour de la pluie à Dakar, il pleut comme pas possible dans des régions telles que la verte Casamance. Les exemples de paradoxes sont loin d’être exhaustif. Et pour ne pas être traité de “paradoxal”, nous retournons au balcon…

Bassirou Dieng journaliste au quotidien “Le Témoin”

Les commentaires sont fermés.