Bassirou
Barthélémy Dias (à gauche) interpelle les Magistrats sur les agissements du procureur Serigne Bassirou Gueye (à droite)

Décidément le maire de Mermoz-Sacré n’a pas sa langue dans sa poche. Il a affirmé, hier, à l’issue du 14ème jour du procès de Khalifa Sall et ses Co-prévenus que le procès est une «grosse farce». Une occasion, pour lui, d’envoyer également le procureur de la République, Bassirou Gueye et l’Etat du Sénégal dans les cordes. D’autant que, selon Dias fils, ni l’Etat ni le procureur n’ont pu prouver que l’édile de Dakar a pris. Pis, dit-il, ce dernier n’a pu rien prouver à part sa méchanceté, sa ruse et sa roublardise. L’Etat non plus n’a pu rien prouver à part d’insister sur sa volonté manifeste de faire prospérer un complot manifeste, une cabale qui ne saurait passer dans l’esprit des sénégalais, selon le maire de la commune de Mermoz Sacré Coeur. En outre, il affirme qu’ils ont appris avec ce procès que dans les institutions de l’Etat, il y a des fonds politiques dérogatoires, spéciaux ou secrets. D’ailleurs, d’après lui, les juges appelés à lire le droit savent ce que veut dire les fonds dérogatoires parce qu’ils en bénéficient.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here