lamouchiChoc entre deux géants d’Afrique de l’Ouest, la double confrontation entre la Côte d’Ivoire et le Sénégal sera aussi une mise à l’épreuve pour les deux sélectionneurs, qui jouent leur avenir. En particulier Sabri Lamouchi, qui abat sa dernière carte à la tête des Eléphants.  

Sur ses gardes : tel est l’état d’esprit de Sabri Lamouchi à quelques jours du match de barrage face au Sénégal. Favorite de cette double confrontation, la Côte d’Ivoire n’a pas le droit à l’erreur. Maintenu en poste malgré l’échec de la CAN 2013, qui vit les Eléphants quitter le tournoi en quarts de finale, surclassés par le futur vainqueur nigérian, le technicien franco-tunisien ne fanfaronne pas avant la manche aller. « C’était le pire tirage possible, car on a joué contre eux, on se connaît, déclarait récemment Lamouchi à RMC. Depuis qu’Alain Giresse les a pris, il a rajeuni l’équipe, ce sont d’autres joueurs. Il a apporté plus de rigueur. C’est presque du 50/50. On est légèrement favori. Bien négocier le match aller chez nous sera important. »

Pour ce faire, le sélectionneur ivoirien pourra compter sur des attaquants en forme, ménagés pour certains (Gervinho, Drogba) en début de semaine, mais apte pour le choc de samedi. Il devra aussi gérer les tensions entre joueurs, qui ont tendance à prendre de l’ampleur ces derniers mois. Ce n’est pas l’empoignade de marci entre Cheik Tioté et Arthur Boka, deux probables titulaires contre le Sénégal, qui le poussera à baisser la garde sur ce point. Désireux comme à son habitude de jouer la carte de l’apaisement, le coach a mis ce débordement sur le compte de l’envie. Celle d’en découdre avec des Sénégalais, revanchards depuis les événements de l’an passé. Canaliser les talents via le collectif, transcender les tensions via l’engagement : voilà les défis de Sabri Lamouchi, qui s’apprête à vivre les deux matchs les plus importants de sa jeune carrière de sélectionneur.

PARTAGER