Modern technology gives us many things.

Abdoulaye Baldé reçoit la représentante spéciale du Secrétaire Général de l’ONU

baldé onuHier, après avoir été reçue par le Premier ministre Aminata Touré, la Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes, Mme Margareta Wahlstrom, était l’hôte ce mardi de l’Association des Maires du Sénégal. Lors d’une séance de travail à la Maison des élus locaux, à laquelle ont pris part le ministre des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Oumar Youm, et plusieurs maires et élus locaux, le président de l’association des maires du Sénégal, Abdoulaye Baldé qui présidait la rencontre, a fait état de la problématique des catastrophes et des risques qui sont liés aux inondations qui frappent chaque année le Sénégal. Faisant le constat que les Elus locaux, les Maires en particulier, sont les premiers interpelés en cas d’inondations, le maire de Ziguinchor a sollicité la mise en place des dispositifs adéquats et performants en matière de prévention et de gestion de ce genre de situations

Xibaaru vous livre ci-dessous le discours intégral du Président de l’Association des maires du Sénégal Abdoulaye Baldé

 ***************************************************************

Madame la Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies

 

Monsieur le Ministre de l’Intérieur

 

Monsieur le Directeur de la Protection Civile

 

Monsieur Abdou SANE ancien Député, “CHAMPION  POUR LA REDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES”, et membre du Conseil consultatif

 

Mesdames, Messieurs chers collègues Maires

 

Mesdames, Messieurs

 

Je voudrais tout d’abord, au nom de tous les Maire du Sénégal, rendre honneur à notre charmante hôte qui a bien voulu nous faire cette visite de courtoisie dans le cadre de son voyage officiel dans notre pays. Je lui souhaite la bienvenue en espérant que son séjour se déroule dans les meilleures conditions.

 

Madame la Représentante, comme vous le savez, le Sénégal vit des cas d’inondations chaque année depuis 2006. Par delà la question des inondations, il est question pour nous Elus locaux, de discuter avec vous de toute la problématique des catastrophes et des risques qui y sont liés, en vue de mettre en place des dispositifs adéquats et performants en matière de prévention et de gestion de ce genre de situations.

 

Au Sénégal, le domaine de la Protection civile n’est pas encore une compétence transférée aux collectivités locales. Cependant, il faut bien admettre et constater que les Elus locaux, les Maires en particulier, sont les premiers interpelés et constituent le premier niveau de responsabilité dans ce domaine.

 

C’est la raison pour laquelle il est indispensable que les collectivités locales soient dotées de moyens matériels, financiers et humains pour faire face, en première instance, au management des risques de catastrophes, avant l’arrivée de moyens plus lourds et plus importants de l’Etat et des autres acteurs.

 

Au regard de la complexité de l’espace urbain et de la récurrence de facteurs de risques liés à la voirie, au transport, à la gestion des réseaux divers, auxquels il faut ajouter les comportements humains et les phénomènes naturels, il importe de bien appréhender les différents cas de figure qui peuvent se poser.

En effet, cet espace urbain que nous gérons en tant qu’autorités municipales, n’est pas un terrain exclusif de notre action, car d’autres acteurs interviennent comme l’Etat et ses administrations diverses, le secteur privé et d’autres collectivités organisées ou pas.

Notre compétence a donc des limites en termes de secteur d’action comme en termes de niveaux et d’étendues de compétence pour agir efficacement sur l’agencement et la structuration urbaine.

Par ailleurs les effets des décisions et des comportements des autres deviennent parfois des contraintes que nous sommes amenés à gérer.

Si on y ajoute l’insuffisance des moyens et des ressources tant humains que financiers et techniques, on mesure mieux l’ampleur de nos responsabilités et la nécessité d’une démarche de coordination pour mieux définir les rôles et les responsabilités de chacun.

Il faut bien comprendre que l’état actuel de nos villes africaines est le résultat d’évolutions souvent peu ou mal maîtrisées. Au bout du compte, nous nous retrouvons avec une configuration urbaine et des réseaux installés, souvent très difficiles à gérer.

Il arrive même que les plans de réseaux n’existent plus, rendant ardue toute initiative de rénovation, de réhabilitation et d’intervention.

Face à la survenue d’une catastrophe, les populations spontanément sont amenées à interpeler en premier ressort les Maires que nous sommes.

C’est la raison pour laquelle il nous est indispensable, avec nos agents, de nous doter d’outils de prévention, d’information et de formation, liés aux risques d’accidents ou de catastrophes.

L’approche ne peut pas être une approche uniquement de secours, ou d’interventions après coup, mais également et surtout une approche d’anticipation et de planification des actions, en concertations avec tous les acteurs de l’espace urbain.

Il nous faut donc trouver les moyens d’aider les élus et techniciens municipaux à mieux comprendre les phénomènes naturels pouvant aboutir à des catastrophes, à en mesurer les conséquences, et à essayer de rassembler les moyens de les prévenir et de les minorer.

Comme je l’ai déjà dit, en plus de ces phénomènes naturels, il conviendra de prendre en compte tous les facteurs de risques dus aux comportements humains d’indiscipline et de non-respect des réglementations et de la planification urbaine.

Par rapport également à des phénomènes nouveaux dans la gestion urbaine, il sera nécessaire d’être sensibilisés sur le stockage des déchets, le transport des matières dangereuses,  la pollution atmosphérique, l’application des directives Seveso, les risques technologiques, la mise en œuvre du cadre d’action de Hyogo, etc.

En tant que municipalités, nous sommes donc très mal outillés pour gérer tous ces risques et tous les aspects de ces risques. Bien souvent notre intervention se limite à mettre en place des mécanismes d’alerte, et à donner un appui minime aux sapeurs-pompiers qui sont du ressort de l’Etat.

Ces derniers sont assez limités en moyens, même si depuis quelques années des efforts louables sont notés de la part de l’Etat pour améliorer la situation.

C’est le lieu pour moi de saluer les actions de ces sapeurs pompiers dans nos communes, et de me réjouir de la bonne collaboration qui existe avec eux. Peut-être qu’il conviendra de mieux rendre efficace et efficiente cette collaboration, à travers la Direction de la Protection Civile, qui devra nous aider à élaborer des stratégies et des plans d’anticipation et d’interventions rapides.

Une collaboration s’avère également nécessaire avec les services météorologiques pour intégrer les variations climatiques dans nos approches.

Il nous faudra aussi examiner avec les entreprises installées dans nos espaces communaux, les modalités de leur implication, soit par les canaux de leur responsabilité sociale d’entreprise, soit par les dispositifs à mettre en place pour chacune d’elles en tant qu’entité à risque.

La coopération décentralisée est également un levier que nous municipalités pouvons actionner judicieusement dans ce domaine des risques de catastrophes

Je ne doute pas enfin que l’échange que nous allons avoir avec vous, Madame, nous ouvrira de bonnes perspectives pour être mieux armés face aux risques de catastrophes et surtout bénéficier de votre expérience, de vos conseils, et surtout de votre appui, sous des formes et des modalités à convenir.

 

Je reste convaincu que c’est au prix d’une bonne synergie d’actions et de sensibilisation que nos municipalités arriveront à élaborer des politiques pertinentes de prévention des catastrophes, parce que fondées sur une plus grande connaissance des facteurs de risques naturels et humains, et sur une meilleure anticipation.

Je vous remercie de votre aimable attention.

                                                                            Abdoulaye BALDE

Les commentaires sont fermés.