Modern technology gives us many things.

Bakel : 1 mort et 4 blessées à Diyabougou

Des échauffourées entre populations et gendarmes ont mal tourné ce matin. Un jeune de 29 ans y a perdu la vie et 4 blessés ont été dénombrés dont une vieille femme.

bakel blesséDiyabougou ce village d’orpaillage du département de Bakel (région de Tambacounda) a encore fait parler de lui.

Ce matin, les populations généralement constituées d’orpailleurs ont  manifesté leur ras-le- bol face à la mauvaise gestion de leurs placers fermés par l’Etat du Sénégal après les affrontements mortels entre maliens et burkinabés à Diyabougou (Département de Bakel).

« L’Etat a puni des innocents en procédant à la fermeture  des placers de Diyabougou. Nous avons respecté  la loi de l’Etat en n’y retournant pas. On ne pouvait pas comprendre que certains gendarmes qui  nous interdisaient l’accès de ces placers puissent donner l’accord à des orpailleurs maliens ou burkinabés de continuer à exploiter en catimini les placers fermés moyennant de l’argent. » a laissé entendre Dioncounda Danfakha, un témoin oculaire des faits.

Les populations se font justice elles-mêmes

Raison de plus pour que les populations de Diyabougou  manifestent leur colère en assiégeant les placers jadis exploités par elles et aujourd’hui interdits d’accès.

C’est ainsi que les forces spéciales déployées sur les lieux se sont-elles déchainées sur la population autochtone en colère.

« Pendant deux mois nous sommes restés sans rien faire ni rien trouver pour nos parents. Pendant tout ce temps, les burkinabés et les maliens continuaient à exploiter sous la coupole « des hommes en bleu »corrompus. Et ils se partageaient les gains. C’est pourquoi ce matin, nous avons décidé alors d’aller garder nos placers par nous-mêmes ». a ajouté Dioncounda Danfakha.

Bilan: 1mort et 4 blessés.

En assiégeant les placers, les populations de Diyabougou ont franchi la ligne interdite, et les forces de l’ordre déployées sur les lieux depuis 2 mois environ  ont réagi pour faire régner l’ordre.

Un jeune Bambo Danfakha 29 ans, marié et père d’un enfant  y a perdu la vie après avoir reçu un coup de crosse de fusil sur la mâchoire inférieure. Les 4 autres blessés dont une vieille femme ont reçu à leur tour des coups de matraque sur le corps entre autres.

Toutes nos tentatives d’entrer en contact avec les gendarmes ayant participé à cette opération ont été vaines. L’un des éléments de la brigade des recherches déployé sur Kédougou pour les besoins du constat a préféré garder le silence à toutes nos questions.

Debout contre la corruption

Il faut dire que ce sont les propos tenus par les maliens et burkinabés « corrupteurs » de forces de l’ordre aux populations de Diyabougou  qui ont  fait monter l’adrénaline chez les orpailleurs autochtones.

«  Vous êtes des bons à rien. Nous payons de l’argent. Et ils nous permettent d’exploiter. Restez là à attendre. Vous n’aurez rien… Ce sont les propos que nous tiennent les maliens et quelques burkinabés. » nous a confié  Moussa Cissokho, une victime.

Et c’est parti pour le viol de l’interdit.

Se sentant, frustrés et touchés au plus profond de leur chaire par les propos permanents des Burkinabés et des maliens qui bénéficiaient des largesses des forces de l’ordre, les populations de Diyabougou ont décidé de passé à l’acte.

«  Nous avions voulu garder nos placers par nous-mêmes car les gendarmes chargés de la surveillance étaient corrompus. Ils laissaient les maliens et les burkinabés exploiter dans les placers interdits. Et ils recevaient des pots de vins variant  entre 200 000 et 300 000 FCFA. En tant que sénégalais, nous ne pouvions pas supporter cette corruption qui constituait pour nous une insulte à la nation » a précisé  Moussa Cissokho se tordant de douleurs.

La dépouille mortelle de Bambo séjourne actuellement à la morgue du centre de santé de Kédougou. Les blessés suivent des traitements à leurs propres frais. Une enquête judiciaire a été ouverte.

Adama Diaby.

Les commentaires sont fermés.