Modern technology gives us many things.

Au Mali, l’armée française a reconstruit le pont de Tassiga

mali pont tassiga«Allez, les gars, allez! C’est la dernière!» Les militaires français s’encouragent avant de reprendre à pleines mains les épaisses barres d’acier qu’il s’agit de faire glisser le long des galets de roulement, dernière étape de la reconstruction du pont de Tassiga.
La chaleur, dans cette portion désertique du nord du Mali, atteint parfois les 70 degrés. «Des conditions pénibles», commente laconiquement le lieutenant Charles, du 31e régiment du génie, qui a dirigé les travaux. Situé entre Gao et la frontière nigérienne, l’ouvrage avait été détruit par les djihadistes du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) à la fin du mois de janvier, peu avant la libération de Gao. Les combattants islamistes espéraient alors ralentir la progression des militaires en provenance du Niger voisin.
Mais aujourd’hui, le pont de Tassiga est à nouveau debout. Trente tonnes d’acier qui s’étendent au-dessus du fleuve Niger, sur une longueur de vingt-quatre mètres. C’est ce qu’on appelle un pont Bailey: préfabriqué en France, il a été assemblé sur le site en à peine trois jours, à la manière d’un Meccano géant. «Le pont avait été détruit par un explosif, explique le lieutenant Charles, il y avait une brèche de soixante-dix centimètres qui empêchait tout véhicule de passer. Donc on a construit un pont par-dessus celui qui était cassé.»
Anticiper la saison des pluies

Et il y avait urgence. Depuis la destruction de l’ouvrage, il était difficile mais encore possible de traverser le fleuve Niger, en passant à gué par une déviation. Une déviation que la saison des pluies rendra bientôt impraticable. «Il fallait anticiper la montée des eaux, raconte le lieutenant Charles, donc c’était le bon moment. Il n’y a pas encore de précipitations, on pouvait travailler, mais il fallait faire vite pour garantir une circulation permanente sur l’axe.»
À 150 km de Gao, la plus grande ville du nord du Mali, le pont de Tassiga est situé sur un axe emprunté chaque jour par de nombreux véhicules chargés de voyageurs, mais aussi de marchandises en provenance du Niger voisin. La frontière n’est qu’à soixante kilomètres, et beaucoup de produits vendus à Gao et dans les trois régions du Nord sont importés du Niger.

À quelques mètres des militaires français encore affairés à faire grincer les lourdes pièces de métal pour achever la construction du pont, un bus s’est arrêté. Il s’apprête à emprunter la déviation qui, à quelques centaines de mètres, permet encore de traverser le fleuve. «Depuis que le pont est gâté (cassé, NDLR), c’est très compliqué de passer, témoigne le chauffeur qui fait régulièrement la liaison entre Niamey, au Niger, et Gao. Ce nouveau pont va beaucoup faciliter les choses.» «C’est un pont situé sur une route internationale, rappelle un commerçant, c’est très important pour toute la région!» «Ça nous permet de faire le va-et-vient, dit encore un habitant de Gao, pour les marchandises et pour les personnes. C’est un pont très important!» «J’emprunte très régulièrement cette voie pour rendre visite à ma famille, à mon frère, témoigne une jeune femme. Depuis la destruction du pont, je n’ai fait le trajet qu’une seule fois, parce que c’est plus compliqué de passer. Donc j’ai moins pu voir ma famille.» Unanimement, et sans grande surprise, la reconstruction du pont est saluée avec enthousiasme et reconnaissance. Déjà très populaire depuis le début de son intervention dans le pays, l’armée française marque un point supplémentaire dans l’opinion.
«Un impératif pour le retour à la vie normale»

«Le rétablissement des infrastructures et des voies de communication est un impératif pour le retour à une vie normale des populations, et nous avons décidé de rétablir ce pont, affirme fièrement mais sans emphase le général Kolodziej, commandant de la brigade «Serval», en poste à Gao. À une période, l’armée française s’est engagée pour détruire un adversaire, mais elle sait aussi reconstruire. Le sens de notre action ici est d’aider le pays, dans tous les domaines. Poser des ponts et aider à la reprise des institutions fait partie de notre mission.»
Il y a quelques semaines, l’armée française avait déjà financé la construction d’un nouveau marché central à Gao, après la destruction de l’ancien dans les bombardements. Le marché, qui s’appelait jusqu’ici «marché Washington», s’appelle aujourd’hui «marché Damien-Boiteux», du nom du premier soldat français mort au combat pour la libération du nord du Mali. Le nouveau pont de Tassiga doit être inauguré officiellement dans les semaines qui viennent. On ignore s’il sera lui aussi rebaptisé. (Le Figaro 27/05/2013)

 

Les commentaires sont fermés.