Modern technology gives us many things.

Au Bénin, le président d’une ONG contre le racisme échappe à une tentative d’assassinat

martin assogbaAu Bénin, Martin Assogba, le président de l’ONG Association de lutte contre le racisme, l’ethnocentrisme et le régionalisme (Alcrer) est hors de danger, mais reste hospitalisé après avoir été agressé par arme à feu lundi soir, le 9 décembre. Il a été pris pour cible alors qu’il était assis à l’arrière de sa voiture par deux individus qui le suivaient en moto. L’enquête, confiée à la police nationale, s’oriente vers une tentative d’assassinat

Deux balles sont encore logées dans le cou de Martin Assogba. Une intervention est donc nécessaire pour les retirer. Un scanner a été effectué pour connaître avec précision leur emplacement. Le dossier est suivi au plus haut niveau puisque la ministre de la Santé, Dorothée Akoko Kindé Gazard, s’est déplacée au CHU de Cotonou où l’activiste des droits de l’homme a été transféré lundi. Un collège de médecins doit se réunir ce mardi matin.

« Tentative d’assassinat »

En ce qui concerne l’enquête, François Houessou, ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique et des cultes, a affirmé qu’il s’agissait « d’une tentative d’assassinat », sans donner plus d’éléments. Martin Assogba est connu pour son franc-parler et ses prises de position ne laissent personne indifférent. La dernière en date remonte à quelques jours suite à la non-extradition par la France de l’homme d’affaires Patrice Talon. « Les juges français sont véritablement indépendants », avait notamment déclaré le président de l’ONG Alcrer.

Plusieurs personnalités de la société civile ont exprimé leur inquiétude pour la sécurité des citoyens engagés dans la lutte pour les droits humains. De leur côté, les autorités ont appelé au calme et à la sérénité.

Les commentaires sont fermés.