Modern technology gives us many things.

Législatives : il faut qu’on sache ce que pèse Macky Sall

S’il y a quelqu’un qui n’affectionne guère la coalition Benno Bokk Yakaar, c’est bien Aïda Mbodj. En conférence de presse, hier, la présidente du groupe parlementaire les Libéraux et Démocrates d’en donner la preuve. Elle estime, en effet, que le Parti démocratique sénégalais est plus représentatif à l’Assemblée nationale que le parti présidentiel. A l’en croire, « on ne sait toujours pas ce que pèse Macky Sall”. En effet, estime-t-elle, depuis 2012, le chef de l’Etat se terre dans la coalition BBY prétextant : « gagner ensemble et gouverner ensemble ». La même observation est valable pour l’opposition qui s’est fragmentée en une pléthore de coalitions.

Pour le leader de l’Alliance nationale pour la démocratie il est temps qu’on rompe, au Sénégal, avec les coalitions hétéroclites qui n’ont pas la même idéologie ni le même programme. Et les conséquences se ressentiront inéluctablement une fois à l’Assemblée nationale. A l’en croire, les Sénégalais doivent bien choisir ceux pour lesquels ils votent au regard de ce qui se passe actuellement à l’Hémicycle avec des députés qui se comportent d’une manière indigne. « Je n’insulte pas mais je dis le fond de ma pensée. Je ne suis pas absentéiste ni silencieuse à l’Assemblée ».

Interrogée sur l’affaire des surfacturations éventée par le député Me El Hadj Diouf, Aïda Mbodj n’a pas voulu faire de commentaire car elle dit ne pas connaître les motivations de l’avocat. Tout ce qu’elle sait, c’est que si elle a des choses à dire, elle les porte à l’Assemblée et après elle assume jusqu’au bout.

Les commentaires sont fermés.